Les banques virtuelles

Les banques virtuelles sont de plus en plus populaires au sein des épargnants.  Pourquoi s’en priver puisque celles-ci regroupent plusieurs avantages.  On entend de plus en plus de bons mots à leurs sujets.  De mon côté, je vous explique pourquoi j’aime les banques virtuelles.

 

Comme le nom l’indique, tout (ou presque) de leur activité se passe en ligne. En ayant tout centré leur activité sur une plateforme web, les coûts d’opération sont assez bas.  Imaginez: pas de succursales à entretenir ni de multiples conseillers à payer.  La conséquence de tout ça: les économies réalisées sont refilées aux clients des banques virtuelles.

 

Les banques virtuelles, ça rapporte

Les frais bancaires sont très élevés dans l’industrie en général.  Il y a quelque temps, on me facturait quelques dollars pour des retraits au comptoir.  C’est ce genre de frais que l’on doit éviter pour s’enrichir, et non enrichir les banques.
 
C’est un autre avantage des banques virtuelles, les frais d’administration et les autres frais bancaires sont ridicules; souvent même absent.  Ceci rapporte. Non seulement on paie moins, mais on en reçoit plus. Les banques virtuelles offrent des taux d’intérêt supérieurs que les banques ayant pignon sur rue.  Présentement, voici le portrait pour les comptes bancaires classiques:

  • Desjardins (de 0% à 0,10% selon le solde maintenu)
  • BMO (0,25%)
  • RBC (1,2%)
  • National (0,02%)
  • ING (1,35%)

Vous voyez comment les taux sont faibles.  On passe de 0% à 1,2% pour les banques traditionnelles et ING, une banque virtuelle passe à 1,35%.  C’est bien, mais si on pouvait avoir davantage.  Si je peux avoir 2%, mon rendement sera très près de l’inflation.
 
Tant que notre argent nous apporte un rendement sous le taux d’inflation, on perd de l’argent puisque notre pouvoir d’achat diminue à travers le temps.  Et bien bonne nouvelle, La Capitale offre présentement des comptes d’épargne en ligne à intérêts élevés.  
 
À quel taux?  Eh oui: 2%.  Il offre également cette promotion avec le compte CELI.  La promo s’appelle le compte suisse CELI de La Capitale, allez-vous en profiter?  Un 2% facile et sans tracas.
 
Comment ça marche

Avec les banques en ligne, vous avez accès à votre argent en tout temps, 24h/24 et 7 jrs/7.  Les sites sont sécurisés et le service à la clientèle est souvent de bonne qualité.  Vous pouvez aussi épargner automatiquement en pratiquant des retenues salariales et vous payer en premier.  Ce comportement est à privilégier pour atteindre l’aisance financière :-).

Finalement, il n’y a ici aucuns frais bancaires, aucun minimum requis et surtout, aucune limite de transactions.
 
On serait vraiment fou de s’en passer, non?

 

Avez-vous des comptes d’épargne chez les banques virtuelles?
 
Quel est votre taux de rendement?
 
Les banques en lignes sont un bon moyen d’avoir les services bancaires de base, tout en ayant un rendement acceptable pour nos épargnes.  Je crois que cela doit faire partie de notre boîte à outils.

Incoming search terms:

  • banque virtuelle TWNIT

6 Replies to “Les banques virtuelles”

  1. Salut Mathieu, il faut demeurer conscient que ce taux est temporaire et que leur taux courant s’approche de celui d’ING! A ma connaissance, c’est Manuvie qui offre le meilleur taux(1,75) pour une banque presente au Quebec. Et il ne faut pas oublier quelques banques virtuelles accessibles pour les canadiens offrant du 2,00 dont en autres des banques du Manitoba.

    • Salut Steve,

      Effectivement, je présume qu’il s’agit d’une promotion. Mais au moins, on aura 2% un certain temps. Et peut-être que le 2% se maintiendra, qui sait?

      Es-tu bon pour nous fournir les banques manitobaines offrant du 2%?

  2. La banque en ligne c’est une sacré avancée. Je compte y passer en 2013 mais c’est vrai que le seul frein qui reste, c’est la peur de ne plus avoir de personne physique à rencontrer en cas de pépin !

    • rassure toi, il y a toujours quelqu’un pouvant répondre à tes questions. Ce genre de banque possède un très bon service à la clientèle 🙂

  3. Rétroliens : Se payer en premier