Le business des parkings en France

Le fait d’avoir un blog sur le thème de l’argent nous permet de créer des liens avec d’autres blogueurs.  Je vous partage aujourd’hui une situation de ce genre.  Il s’agit d’une petite entrevue de Julien, qui se spécialise dans l’investissement de parkings et de garages.  Son parcours est vraiment des plus stimulants.  Comme quoi, tout est possible.

 

Je m’appelle Julien et j’ai 28 ans.  Je suis passionné par l’entrepreneuriat, la cuisine, les jeux, le sport et les voyages.  J’ai écrit cet article pour te montrer qu’il est possible de gagner de l’argent avec l’immobilier en quelques mois.  Si en décembre 2011, une voyante m’avait prédit qu’un an plus tard je serais propriétaire de garages, j’aurais pris mes jambes à mon cou !

 

Quand je rencontre de nouvelles personnes, elles sont toujours surprises par mon travail.  Je vis en investissant dans les garages et en aidant les autres à le faire.  Ce métier n’est pas commun, c’est vrai. Mais c’est beaucoup plus simple que cela en a l’air.  En 11 mois seulement, j’ai acheté 54 garages.  Petit retour en arrière.

 

Mon premier investissement : 4 garages

J’ai commencé à m’intéresser à l’immobilier en janvier 2012.  À l’époque, je visitais des appartements. Ma première impression sur ce type d’investissement n’a pas été bonne.  Les biens financièrement intéressants devaient être rénovés, ou étaient mal situés.  Il y avait toujours quelque chose qui me freinait.

 

Investir dans un appartement demande beaucoup de connaissance et d’expérience, car les paramètres pour faire le bon choix sont nombreux.  Encore aujourd’hui, ce type de produit ne me fait toujours pas rêver. Je suis aussi convaincu que l’investissement dans les parkings est plus rentable.

 

En mars 2012, j’ai eu l’idée de visiter des garages.  Il est souvent dit que les garages sont un bon plan. Je suis d’accord, mais acheter le premier garage venu n’est presque jamais une bonne affaire.  J’ai visité une vingtaine de garages avant de trouver mon lot de quatre garages.

 

Ce lot avait toutes les caractéristiques que je souhaitais.  Les garages sont grands, surveillés par une maison à proximité, étanches, avec une grosse demande locative et pas chère.  Pour bien acheter, l’emplacement est le critère numéro 1 !  Viennent ensuite la rentabilité et les caractéristiques du garage.
 
Je préfère toujours les garages aux parkings.  Les garages sont plus sécurisés.  Ils permettent aussi de stocker du matériel ou des meubles quand un parking ne sert qu’au stationnement de véhicule.
 
En mai 2012, j’ai donc acheté quatre garages pour 11000 € frais de notaire inclus.  Le total des loyers lors de l’achat était de 80 €/mois.  J’ai loué le garage vide à 45 €. Les gains annuels procurés par cet investissement sont de 900 €, charges et impôts déduits.  Cela donne une rentabilité de 8 % net net.

Pas mal comparé au livret A à 2,25 % !  Le potentiel de location est tel que je pense augmenter cette rentabilité en 2013.
 

Pourquoi je partage mon expérience ?

Autour du 15 mai 2012, j’ai décidé de créer un blog pour partager mes informations.  Lors de mes recherches, je n’ai découvert aucun site qui propose toutes les informations pour acheter, louer, gérer ou vendre des garages.
 
Je me suis dit que si j’en avais besoin, je ne devais pas être le seul.  Tu trouveras des réponses à tes questions sur les parkings et les garages.  Mon envie est de t’aider à réussir ton investissement dans les parkings.
 
En partageant mes informations, j’ai découvert plein de personnes qui s’intéressaient aux garages : des propriétaires, des investisseurs, des loueurs.  J’ai été surpris de leur capacité à échanger et à partager avec moi.  Certains sont devenus des amis aujourd’hui.
 
Ces échanges me permettent d’alimenter le site et de continuer à me former.
 
Une grosse étape de mon apprentissage a été la rédaction d’un livre. « Réussir son investissement dans les parkings » a été écrit en 5 mois.  Ce livre regroupe tout mon savoir et mes expériences dans l’achat de parkings.  Il fait 110 pages et demande plusieurs heures de lecture.
 
J’ai voulu rassembler tout ce que je savais dans un seul endroit.  L’écriture m’a aussi forcé à chercher des informations que je n’avais pas et à créer des fiches d’analyse pour choisir la bonne affaire ou le bon emplacement.
 

Mon second investissement : 50 garages

Début octobre 2012, je commençais à désespérer de pouvoir acheter des garages dans mon département.  Les offres étaient les mêmes depuis des mois.  Rien ne se vendait, car les prix étaient au-dessus du marché.
 
En discutant avec un lecteur, j’ai eu l’idée de chercher au-delà de mon département de résidence.
 
C’est ainsi que deux mois plus tard, je suis tombé sur une annonce pour un lot de 50 garages à vendre. Ils sont situés à côté de chez mes parents, mais à 600 km de chez moi.  J’ai décidé de les acheter malgré tout.
 
46 garages sont déjà loués.  Cela me fait un petit effort à fournir pour remplir la batterie.  D’autre part, l’état des garages est correct.  Enfin et surtout, le rapport qualité-prix est excellent : 90 000 € frais de notaire inclus, soit 1 800 € le garage.  Le rendement locatif est proche de 15 % brut par an avec un taux de remplissage de 90 %.
 
Certains me disent que j’ai fait une connerie.  En effet, la distance ne me permet pas d’être réactif comme je le suis à St Étienne.  J’ai pensé et repensé à ce problème et j’ai des pistes de solutions pour satisfaire les locataires.
 
De plus, quand je visite un lot de garage ou de parking, je me pose toujours la question de la revente. C’est une de mes clés d’investissement.  
 
Si je dois revendre ces garages le lendemain de mon passage chez le notaire, est-ce que je vais perdre de l’argent ?  Pour ce lot, je dors tranquille, car je suis convaincu que la réponse est non.
 

Je suis passionné

J’adore regarder les annonces sur internet et écrire sur les parkings.  Je suis passionné par ce que je fais et j’ai envie de le transmettre.  Tu t’en seras rendu compte en lisant cet article.  Je t’invite à visiter mon blog et à m’écrire si tu en as envie.

À bientôt

Julien

 

En guise de conclusion, voici des photos que Julien m’a fait parvenir pour vous donner une idée de ses achats immobiliers.

 

 

 

 

 

 

9 commentaires à propos de “Le business des parkings en France

    • En toute transparence Émilie, je ne connais pas beaucoup ce secteur d’investissement. Mais oui, cela existe au Qc. Je discutais justement de ça avec Julien à travers nos échanges de courriel pour la publication de son article.
      Je sais que la location de stationnement existe ici. Mais je crois que la problématique des stationnements est moins grande ici qu’en France. Bien que certains peuvent louer des places de parking, de ce que je sais, le gros des stationnements privé à Montréal appartient à des fonds privés ou à des caisses de retraite. Certains propriétaires d’immeuble louent les stationnements vacants de leur locataire à des automobilistes. Bref, c’est sans doute possible, il faut explorer. C’est ce que j’ai promis de faire à Julien: voir au Qc les possibilités de ce secteur.

      Pour les garages (les entrepôts ici), le secteur existe bel et bien. Plusieurs investisseurs privés possèdent des locaux chauffés qu’ils louent pour entreposer des effets personnels.

      Ce que j’aime dans ces deux modèles, c’est que l’on peut commencer avec peu d’argent. Et pour ceux qui redoutent les locataires et les toilettes bouchées, c’est vraiment une belle avenue. Il y a tant de possibilités…. faut juste avoir les infos et comprendre tout ça en faisant ses devoirs.

  1. Oui, ce qui est intéressant c’est le côté on peut démarrer avec peu de moyens et comme tu dis ne pas avoir toute la responsabilité de l’entretien des toilettes, plomberie et autres trucs du genre. Ça m’intéresse beaucoup en tout cas!

  2. Whaou 50 garages ! Bravo. Est-ce que la gestion de 50 locataires n’est pas une contrainte importante ? Il faut répondre aux demandes de chacun, en trouver d’autres dés qu’un sen va, etc…

  3. Salut Julien, une expérience effectivement très intéressante. En seulement une année, réussir à avoir autant de lots, c’est assez rare et pourtant tu l’as fait malgré ton jeune âge. Bravo !

    Tu évoques une solution à laquelle tu penses pour être plus réactif malgré les 600 km de distance. Quelle est cette solution ? Ne va-t-elle pas impacter de manière importante le taux de rentabilité ?

    • Crois-tu que c’est temporaire ta difficulté à louer ? Avoir un bon prix… est-ce pcq tu as acheté ton parking à haut prix?
      Est-ce que c’était tes premiers investissements dans ce domaine ? Avis-tu suivit une formation pour comprendre les plus et les moins de ça?

      Pour les lingots, moi je ne m’intéresse pas à ça. Perso, je trouve déjà difficile de bien évaluer des entreprises, si en plus, j’ajoute des variables volatils comme le prix de l’or, je ne m’en sortirai pas. Mais je suis content que cela fonctionne pour toi. Peut-être pourras-tu nous expliquer ta méthode d’investissement pour réussir dans ce domaine?

  4. Investir dans l’achat d’un parking est avantageux principalement sur 2 points :
    1) Les prix attractifs et accessibles à tous
    2) Une demande grandissante dans les grandes villes.
    Souvent ses parkings sont plus rentable d’un point de vue immobilier comparer à l’achat d’un studio par exemple.

    • tout à fait,
      de ce que j’ai compris en France, les parkings sont vraiment un bon début pour se constituer un actif générant des revenus passifs. Malheureusement, au Québec, faire ce genre d’investissement semble plus difficile.