Comprendre les obligations

Les obligations sont des valeurs mobilières qui prennent beaucoup de place dans les marchés financiers d’aujourd’hui.  Pour bien comprendre ses finances, je crois qu’ intégrer les notions de ce type de placement est un incontournable.

 

Lors de mon dernier article, j’ai affirmé qu’il était risqué d’investir dans les obligations.  À la relecture de mon article, je me suis dit: « Pourquoi ai-je parlé de ce sujet sans même avoir vulgarisé ce que c’est qu’une obligation? »

 

Ceci m’a donné l’idée de vous faire une série d’articles sur les 3 types d’investissement que l’on peut faire:

  1. marché monétaire
  2. marché obligataire
  3. marché boursier
Commençons par le marché obligataire, où se transigent les obligations.

 

Plus important que les actions

On croit à tord que le marché boursier est le plus important en ce qui à trait aux valeurs mobilières sur les marchés où l’argent change de mains à toutes les secondes.  J’avais la même opinion avant puisque l’on voit à tous les jours, aux nouvelles, que la bourse de New York vient de faire 2% ou que Toronto est en chute libre.  La bourse est davantage présente que le marché obligataire.

 

Pourtant, le marché obligataire est le marché le plus important, bien avant la bourse.  Ce marché représente souvent une grande partie de l’épargne des investisseurs.

 

Une obligation, c’est quoi ?

Une obligation est une forme de contrat où on oblige l’émetteur à verser aux détenteurs de celle-ci une somme d’argent à intervalle régulier, habituellement aux 6 mois.

 

C’est une méthode de financement utiliser par des entreprises, des institutions, des États et même des municipalités.  Ainsi, il est donc possible d’avoir des obligations de la Banque Royal, d’Hydro-Québec, du Canada ou de la ville de Boucherville !!!

 

Par conséquent, vous prêtez votre argent à ceux-ci pour qu’ils financent leurs différents projets comme:

  • assurer la croissance par l’achat d’une autre entité;
  • remboursement de dettes;
  • financement d’un actif;
  • réalisation d’un projet d’envergure.
En retour de votre gentillesse à prêter une somme d’argent à ces entités, on vous verse un coupon.  Ce coupon sera votre revenu perçu aux intervalles qui seront décrits dans votre contrat.  À la fin du contrat, on vous rembourse la somme prêtée.

 

Vous n’êtes pas un investisseur

Il faut bien comprendre que lorsque l’on met nos billes dans des obligations, nous sommes des créanciers, et non des actionnaires ou des investisseurs. Nous ne participerons pas au succès de l’entreprise.  Nous sommes simplement des prêteurs.

 

À la fin de l’échéance, on nous rembourse notre mise de fonds et c’est tout. Et entre le moment où l’on prête l’argent et le moment du remboursement, on reçoit notre prime… qui est le fameux coupon.

 

En bout ligne, se sont des frais fixes pour l’entreprise et des revenus fixes pour nous.

 

Nomenclature

Il existe des termes à savoir lorsque l’on considère d’investir dans une obligation.  Puisque la fête des Pères arrive à grands pas, je tente de vulgariser ces termes.  Par conséquent, vous pourriez épater votre papa en lui expliquant les concepts d’une obligation.

 

Date d’échéance

C’est la date à laquelle le dernier versement aura lieu.

 

Valeur nominale

C’est le montant que l’on vous remboursera à la date d’échéance.

 

Taux de coupon

C’est le pourcentage de la valeur nominale qui est versé à celui qui possède l’obligation.  Le versement se produit habituellement comme je le disais ci-haut; à intervalle régulier, souvent aux six mois.

 

Une dernière précision

Quand on pense obligation, on pense sécurité et garantie. Contrairement aux actions, où l’on sait pertinemment que notre investissement est volatil et que l’on peut perdre notre mise, les obligations nous portent à croire que le risque est moins pire.

 

Attention: Une obligation comporte aussi des risques.  Vous être un prêteur, ne l’oublié pas.  Alors, si vous prêter une somme à une entreprise ou à une société et que celle-ci fasse faillite ou ferme pour quelques raisons que ce soit, il est possible que vous ne voyer plus votre argent.

 

Évidemment, cela varie avec le type de sociétés.  Une obligation d’état sera nettement moins risquée qu’une petite entreprise qui débute.  Il est rare de voir un État en défaut de paiement… à part la Grèce :-).

 

Voilà pour les obligations.  Je crois que c’est un bon début pour apprivoiser ce type de placement.

 

Est-ce que le concept d’obligation est plus clair pour vous maintenant?

 

Y a-t-il des précisions auxquelles vous voulez que je réponde?

 

Ceci fait un petit tour d’horizon rapide sur le concept de base d’une obligation.  Il va de soi que ce n’est pas la dernière fois que l’on parlera de ce thème sur le blog. Elle semble banale, mais une multitude de choses est à savoir sur les obligations.

4 commentaires à propos de “Comprendre les obligations

  1. bonjour

    les obligations peuvent être intéressantes à intégrer pour sécuriser une assurance vie multisupport au niveau des SICAV

    le problème peut être que l’épargne soit bloqué un certain temps et non disponible pour certains coups en bourse

    ludovic

    • Merci de ton commentaire ludovic. Est-ce que c’est quelque chose que tu fais dans tes finances personnelles ?

  2. Pingback: Le monde du marché monétaire

  3. Pingback: Le fameux marché boursier