En 2017, l’immobilier suisse sera suspendu aux décisions des marchés

 

La Suisse est souvent vue comme un Eldorado pour les investisseurs étrangers. La confédération helvétique semble imperméable face aux différentes crises économiques qui frappent le reste du monde. En s’appuyant sur une demande intérieure en constante progression et un commerce extérieur toujours efficace, la Suisse peut se targuer de connaitre une croissance constamment positive.

 

Investir en Suisse semble donc être un placement sûr et dans ces cas-là, c’est toujours l’immobilier qui est visé. Pourtant, il est loin d’être simple d’investir dans l’immobilier suisse, entre une législation lourde, une année 2017 qui s’annonce plus compliquée que prévu, il faut savoir où l’on met les pieds avant de se lancer.

Une législation lourde pour les étrangers

Il est loin d’être simple pour un étranger d’investir dans l’immobilier suisse. Afin d’éviter une bulle spéculative et l’envol des prix comme à Paris ou à Londres, la Suisse interdit aux non-résidents fiscaux d’investir dans des biens immobiliers qui ont pour but d’être une résidence principale.

Résultats de recherche d'images pour « suisse »

 

 

Les étrangers peuvent investir dans l’immobilier commercial ou dans des résidences secondaires se trouvant en zone touristique. Sur ce dernier point, la législation est encore plus stricte puisque depuis 2013 il est interdit de construire de nouvelles résidences si la part de résidence secondaire dépasse déjà les 20% dans la commune.

Le marché immobilier suisse en questions

En ce début d’année, la presse suisse s’accorde sur ce point, 2017 marquera un ralentissement du marché. Pour la première fois depuis 2000, les loyers ont connu une baisse de 1,3% par rapport à l’année précédente, ceux des appartements neufs ont eux chuté de 3,4%.

Une offre supérieure à la demande entraîne automatiquement une baisse des loyers. La décision de la Banque nationale suisse (BNS) en 2015 de mettre fin au taux plancher « 1 euro pour 1,20 franc suisse » a surpris et impacté le marché.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle fois la BNS qui a l’avenir de la santé du marché immobilier suisse entre les mains.

La question de l’évolution du taux des intérêts hypothécaires

La BNS va se retrouver une nouvelle fois au centre de toutes les attentions. Ses décisions vont être cruciales pour l’avenir du marché immobilier suisse. En effet, si elle décide d’augmenter ses taux, les différents organismes prêteurs lui emboîteront le pas ce qui entraînerait une baisse de la demande.

Il sera donc essentiel de se faire conseiller par des entreprises comme Moneypark, capables de prévoir l’évolution des taux pour savoir à quel moment investir. Même si ce scénario n’est pas des plus probables pour 2017, il n’est pas à écarter, se renseigner sur l’évolution possible des taux est donc inévitable.

En 2017, le marché suisse ne connaîtra pas la même croissance que lors des années précédentes. Cette année, il faudra avoir du flair et savoir lire dans le jeu de la BNS pour pouvoir faire les bons investissements aux bons moments.

Si 2017 ne s’annonce pas comme une année simple pour les investisseurs, ceux qui sauront en déjouer les pièges et prévoir les évolutions du marché en sortiront grands vainqueurs !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge