Un bon blog de finances made in Québec: finir-riche.net

Un des blogs que je trouve intéressant sur le web est finir-riche.net.  Ce blog est très intéressant et nous révèle non seulement des notions de finances personnelles, mais aussi de développement personnel et quelques leçons de vie?  Je me suis permis de demander à son auteure de se dévoiler un peu et de répondre à mes questions.  Alors, voici l’entrevue que j’ai faite avec Val, du blog finir-riche.net.

 

Je vous laisse sur l’intégralité de ma première interview avec Val, blogueuse sur finir-riche.net.

 

Mathieu: Peux-tu nous décrire un peu ton parcours de vie (d’où viens-tu, quelles études, genre de travail, etc..) ?


Val: Je suis née au Maroc et j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 19 ans.  Je suis ensuite allée étudier en France et j’y ai absolument détesté l’ambiance et les gens.  Je me sentais déracinée, pas dans mon élément.  Je me sentais observée, jugée. J’ai eu ma licence de langues au bout de 3 ans et ai poursuivi avec une maîtrise en Angleterre.  Au bout de ma 4 ème année d’études je me suis rendu compte que les langues étaient plus un moyen qu’une fin et que je serais plus « marketable » avec un autre diplôme.  De plus j’avais décidé de ne plus vivre en France donc j’ai rempilé avec une licence en informatique.

En 43 années d’existence je n’ai vécu que 3 ans en France, mais je m’y rends régulièrement en vacances.  Je constate au fil du temps qu’il m’est plus facile de m’y rendre.  Les gens sont beaucoup moins désagréables qu’avant, plus ouverts, plus sympathiques.  Après 7 ans d’études, mes diplômes en poche, je suis devenue consultante en informatique (salariée) pour une compagnie américaine que j’ai adorée.  Malheureusement ils se sont fait racheter et après avoir travaillé pour une autre compagnie de consultants à salaires j’ai décidé de me mettre à mon compte.

 

Mathieu: Comment t’es-tu  retrouvé à vivre au Québec ?

 

Val: Ah ça, je suis arrivée au Québec par le biais de la compagnie Américaine qui s’est fait racheter.  C’était une compagnie de consultants à l’international, donc j’ai eu pas mal de contrats un peu partout en Europe, aux États-Unis, et enfin au Canada.  Quand j’ai vu Montréal, j’ai craqué.  C’est honnêtement la plus belle ville d’Amérique du Nord à mes yeux.  Et puis après ça j’ai rencontré mon ex : -).  J’ai craqué pour la ville avant de craquer pour ses hommes, mais j’ai quand même fini par prendre pays!

 

Mathieu: Qu’est-ce qui t’a amené à bloguer sur les finances personnelles?  Quel est ton but avec ce blog?

 

 

Val:  Mon divorce après 10 ans de vie avec un conseiller financier qui est un vrai panier percé m’a décidé.  J’avais besoin de m’exprimer, de crier ma colère, ma peine et ma désolation.  Constater que mon ex-mari gérait les fonds des autres alors qu’il n’est même pas capable de gérer les siens (en fait au temps de notre divorce il n’avait absolument rien de mis de côté, à part des dettes) m’a mis dans une grande colère.  Je me suis dit que j’avais le devoir d’informer les gens.  Gérer ses finances n’est pas compliqué et ne devrait pas être un sujet tabou.

Avant mon mariage je n’avais aucune idée que certaines personnes pouvaient être ainsi.  Ok, on peut appeler cela de la naïveté, mais je suis foncièrement honnête et j’ai beaucoup de difficultés avec le mensonge ou la malhonnêteté.  Après 10 ans de mariage, je ne pouvais pas me taire, sachant ce que je savais. J’ai donc décidé de prendre action.

 

Mathieu: Étonnamment, beaucoup de conseillers financiers ne maîtrisent pas leur domaine et répètent plutôt les faits et gestes des autres.

Val:  Amen…

 

Mathieu: Y a-t-il eu des moments de découragement dans ton parcours de blogging?  Et les solutions pour y remédier…


Val:  Je dois dire que non, je n’ai jamais éprouvé de découragement en bloguant.  Je dirai même que c’est le contraire.  Me décourager n’est pas vraiment dans ma nature…  Pour moi bloguer signifie s’exprimer, « sortir le méchant », je m’en suis déjà servi comme exutoire de frustrations.  La première année j’écrivais tous les jours, au maximum tous les deux jours.  J’en avais besoin, il fallait que ça sorte.  Et puis je pense que je me suis guérie, avec le temps.  Les commentaires que je recevais étaient encourageants même si honnêtement je n’attendais rien; j’ai développé de très belles amitiés.

J’ai commencé à espacer mes billets, de plus en plus.  J’ai même considéré arrêter, je n’avais plus l’inspiration ni le désir de bloguer.  Cependant ce désir est revenu.  Moins fort je l’admets, mais je sais que d’arrêter de bloguer est impensable maintenant.  Je vois cette activité comme un havre de paix.  J’aime écrire et partager.

 

Mathieu: Bien content que ton désir de bloguer soit de retour.  C’est valorisant d’avoir des commentaires des lecteurs et de savoir que des gens suivent notre blog.  Considères-tu le manque de temps responsable de cette pause?  Une occasion pour toi de décrocher et de finalement penser à toi?

 

Val:  Ce n’était pas le manque de temps puisque quand je bloguais de façon soutenue je n’avais pas plus de temps non plus.  J’en avais besoin, littéralement, un peu comme une drogue (mais beaucoup moins dangereuse et coûteuse lol).  Non, je pense plutôt que j’étais « guérie »… Je n’avais donc plus autant besoin de m’exprimer.

 

Mathieu: Quel est ton rêve ultime avec ce blog?


Val: Mes attentes avec ce blogue sont simples, je veux aider les autres, je veux que les gens se rendent compte qu’il n’est pas compliqué de gérer ses finances personnelles, que d’avoir des dettes est mauvais, que ne pas payer ses dettes équivaut à voler, mais que les frais d’intérêts sont plus de l’escroquerie que d’autre chose.  Je veux prouver en montrant l’exemple que l’on peut finir riche sans gagner des millions par année.

 

Mathieu: Je partage ton point de vue.  J’estime que tout est une question de connaissance.  Il suffit simplement de prendre le temps de s’y intéresser et surtout, de les appliquer.  Y a-t-il des gens qui te motivent ou t’inspirent dans la vie (blogueurs ou autres)?

Val:  Oui, il y a beaucoup de gens qui m’inspirent.  Je prends ce qui me plaît et j’ignore le reste.  Personne n’est parfait et je me refuse à juger le monde, bien qu’en vieillissant cela m’arrive maintenant.  Mes amis sont très importants pour moi. Ma famille est loin, j’ai donc recréé un monde ici dans lequel je me sens bien.  J’aime beaucoup les biographies aussi.

Par exemple j’ai résumé la biographie de Steve Jobs dans mon dernier article.  Même si je n’avais jamais voulu travailler ou vivre avec lui il y a beaucoup de points que j’ai aimés chez lui, beaucoup de valeurs que je comprends et partage avec lui: son amour du travail bien fait, sa personnalité sans compromis pour les tirs au flanc et les « nuls » (qui vous font perdre du temps et de l’énergie), son attrait pour la perfection, même pour ce qui ne se voit pas, pour ce qui est caché.  Il travaillait dur et il travaillait bien.  Sa franchise aussi, son manque de tact.  Les gens qui ne perdent pas de temps en ronds de jambes, qui ne sont pas mielleux sont ceux avec lesquels je m’entends le mieux.

 

 

Mathieu: Peux-tu nous décrire un peu la progression de ton blog (les visites, les abonnés, les revenus au fil du temps)?


Val:  Cette question me fait réaliser que j’ai oublié la date d’anniversaire de mon blogue! Wow! finir-riche a eu 4 ans en juin, et c’est complètement passé inaperçu… Il va falloir que je me rattrape l’année prochaine :-).  La progression a été vraiment lente, et l’est encore d’ailleurs.  Je dois dire que je ne cherche pas vraiment à monétiser mon blogue.  J’y ai pensé, mais cela m’astreindrait à publier de façon régulière ou de payer quelqu’un pour le faire.  Ce ne serait plus vraiment moi.  Finir-riche est une création personnelle, issue d’une personne qui avait un réel besoin de s’exprimer et d’aider les autres.  Je n’ai jamais eu l’intention de devenir riche avec.

Cela fait pratiquement un an, je pense, que le nombre d’abonnés oscille dans les 700/750, ce qui est vraiment peu pour un blogue de 4 ans d’âge, même francophone.  Je ne passe pas de temps à le faire connaître.  Il faut aussi prendre en compte que j’ai choisi l’anonymat pour les raisons personnelles que l’on connaît.

Je ne travaille pas non plus sur le référencement.  Les gens finissent toujours par me trouver s’ils ont besoin d’aide avec leurs finances personnelles.  La seule monétisation que j’utilise et qui vaut la peine de mentionner est Adsense. Finir-riche rapporte une moyenne de 300$ par mois.  Les revenus sont très constants, et ce même si je ne publie rien pendant des semaines.  Il faut dire que la base de données compte près de 400 articles donc il y a beaucoup d’informations et google indexe rapidement tout nouveau matériel que je publie.

Mon blogue n’a pas souffert des mise à jour des algorithmes de Google, que ce soit Penguin ou Panda ou autre.  Je sais que certains blogueurs vivent dans la peur de ces mises à jour.  Elles ne m’affectent pas, je les ignore complètement parce que monétiser mon blogue n’est pas mon but.

 

Mathieu: C’est quand même une belle somme 300$/mois, c’est près de 4000$/an et ce, sans rien faire.  As-tu une technique particulière pour avoir autant de clics sur tes pubs?

Val:  Absolument pas. La clef est de créer des articles, beaucoup d’articles uniques.  Tu peux jouer avec le placement de tes annonces, ce que j’ai fait un peu, mais mon intérêt n’est pas vraiment là.  Je n’y consacre pas de temps.

Mathieu: Tu souhaites « finir riche », quelle est ta définition de la richesse?  As-tu un objectif en temps et en argent?  Comment penses-tu y arriver?


Val:  Me demander si j’ai des objectifs me fait poser la question… As-tu lu mon blogue?! lol.  J’y consacre plusieurs pages sur l’importance d’avoir des objectifs clairs et bien définis. J’explique comment s’y prendre et c’est la méthode que j’utilise moi-même, évidemment.

Elle fonctionne très, très bien.  Quant à la définition de finir riche, effectivement je devrais sans doute la mettre plus en évidence même si j’avais déjà disserté sur ce point.  Pour moi finir riche a une connotation financière, évidemment, mais pas seulement.  Je me rappelle avoir réfléchi pendant longtemps avant d’enfin jeter mon dévolu sur un nom de domaine qui me convenait vraiment, avec lequel je pouvais m’identifier.

Finir riche pour moi signifie arriver à la fin de sa vie fière de ce qu’on a accompli, que ce soit financièrement, mais aussi sur le plan personnel.

Il y a beaucoup trop de gens qui arrivent à l’âge de leur retraite sans avoirs, et qui sont forcés de travailler pour vivre. Je considère que c’est une aberration.  Avec un peu de planification tout au long de sa vie, et du bon sens, on peut tout à fait prévoir pour ses vieux jours et finir riche de son passé sans rester un boulet pour la société ou ses proches.

Mathieu: Bien sûr que je lis ton blogue :-).  C’était pour rendre officiel la chose.  Alors, on comprend que tu as de belles valeurs de familles. E st-ce qu’il t’arrive de parler d’argent avec tes enfants?  Selon toi, l’argent est-il tabou?

Val:  Oui, on parle argent les enfants et moi.  Ma fille a perdu un livre qu’elle avait emprunté à la bibliothèque par exemple, et j’ai demandé à ce qu’elle me rembourse, ce qu’elle a fait.  Un beau $12.95 qu’elle n’aurait jamais du avoir à débourser.

On discute régulièrement de notre plan DisneyWorld aussi.  Je vais d’ailleurs écrire un article à ce sujet.  L’argent est un sujet épineux.  Par exemple je ne suis pas prête à divulguer combien je gagne.  Dans ce sens-là je dirais que « Oui, peut-être, l’argent est tabou ».  Par contre ce qui ne devrait absolument pas être tabou est la façon dont on le gère.  La gestion de l’argent devrait être un sujet public.

 

 

Mathieu: Quelle est selon toi la chose la plus importante à maîtriser dans ses finances? Sur quoi devrions-nous nous consacrer coûte que coûte?


Val:  Pour moi le plus important est que les gens arrivent à canaliser leurs envies et s’organisent pour dépenser moins que ce qu’ils ne gagnent.  Je pense que tout part de là.  Avec l’accès si facile au crédit la plupart des gens achètent d’abord et réfléchissent/pleurent ensuite.

Je ne dis pas que le crédit n’est pas bon, je l’utilise moi-même de façon intensive.  Je paye tout, ou presque, avec mes cartes de crédit.  Mais je ne paye pas d’intérêts, ou si peu, et jamais sur mes cartes.  Le secret est là: il faut dépenser moins qu’on ne gagne, quels que soient les montants.  Mettre ce que l’on peut de côté est la prochaine étape, et investir est la suivante.

Mathieu: Tout à fait.  Moi je résume ça à 3 étapes: régler ses dettes, épargner et investir.  As-tu d’autres projets pour ton blog ou pour d’autres activités professionnelles ?


Val:  Oui, j’ai plein d’autres projets!  J’ai ce site sur le crédit qui prend forme (enfin!).  Il faut dire que je ne me suis pas trop concentrée dessus, mais avec les vacances évidemment j’avance beaucoup plus vite.

J’ai aussi un autre site sur lequel je travaille et qui sera plus basé sur l’offre de services sur le net.  Je me cherche des revenus annexes qui, pourquoi pas, pourraient éventuellement me permettre de ne plus travailler aussi dur sur mes contrats.  J’adore travailler de la maison.  Je crois en la diversification de revenus et grâce à ma compagnie je peux partir plusieurs initiatives en parallèle.  J’aime la liberté que cela me donne.

Mathieu: Que désires-tu avec ton site sur le crédit?  Est-ce toujours dans un but d’éducation ou tu vises aussi en à tirer un revenu?  Ce domaine est assez lucratif sur le web.  Quand crois-tu que le site sera opérationnel?

Val: Oui, toujours dans un but d’éducation, avec des publicités Adsense, comme pour mon blogue.  Le lancement aura lieu le dimanche 22 juillet, comme annoncé dans mon article sur les activités planifiées du mois de juillet.

 

Mathieu: Quelle est ta vision de l’avenir à propos des Québécois et de leurs finances personnelles?


Val:  Disons que je suis ravie que tous les Québécois ne soient pas comme mon ex lol!  Si tu m’avais posé cette question il y a 5 ou 6 ans je t’aurais répondu que le problème d’endettement est énorme, car je me basais sur mon ex et sa façon de (ne pas) gérer ses finances.  Comme il est conseiller financier, j’avais fait l’erreur de prendre son cas pour une généralité.  Je sais maintenant, grâce à mon blogue et à l’internet en général, que ce n’est pas le cas.

Il y a des Québécois qui sont très bien à leurs affaires et d’autres, ma foi, qui ont besoin d’aide.  Après tout, c’est le nombre très important de commentaires sur les questions relatives au crédit qui m’ont décidé à créer un site francophone sur le crédit.  On ne peut pas nier que le problème de l’endettement est important, mais ce n’est pas une situation propre au Québec, je dirais que c’est un problème généralisé.

Le gouvernement reflète d’ailleurs bien cette problématique puisque le Québec est l’une des provinces les plus taxées et pourtant l’argent ainsi récupéré est très mal géré.  Je suis pour l’introduction d’un cours sur les finances personnelles à l’école pour tous, que l’on soit Québécois, Canadien, ou Terrien :-)

Mathieu: Oui, moi ce que trouves triste, c’est le manque d’éducation dans nos écoles sur le thème de l’argent. Je suis persuadé que l’État se porterait mieux si tout le monde maîtrisait les divers concepts financiers de base.

Val:  Tout à fait d’accord avec toi.  On devrait enseigner comment gérer son argent dès le plus jeune âge.  C’est un concept qui se comprend vite, ç’aurait des retombées extraordinaires sur le pays.

 

Mathieu: Est-ce que tu souhaites ajouter quelque chose pour les lecteurs?


Val:  On blogue parce que l’on a besoin de s’exprimer et aussi parce que l’on veut être lu.  J’ai beaucoup progressé au fil des années grâce aux introspections que j’ai faites sur mon blogue.  Pendant des années je n’ai rien dit à ma famille ou à mes amis, ou si peu sur ce que je ressentais par rapport à mon divorce, à mes enfants, au fait que j’étais si loin de ma famille et que je me sentais très très seule. Je déversais le trop-plein sur mon blogue et il y avait des gens que je ne connaissais pas qui me lisaient.

Après 4 ans d’existence, certains de mes amis ne savent toujours pas que j’ai un blogue. Je n’en parle pour ainsi dire jamais.  Certains le savent, mais ne s’y rendent jamais, ça ne les intéresse pas.  D’autres s’y rendent régulièrement et me lisent, mais ne laissent jamais de commentaires.  Une infime partie me lit ET laisse des commentaires.

Et il y a les gens que je n’ai jamais rencontrés en « vrai » mais qui me lisent et commente.  Je respecte tout ça.  Mon blogue est comme une extension de ma vie, il fait partie de mon jardin secret très public si on veut lol.  Comme je l’ai dit plus haut, quand je me suis sentie mieux je n’ai plus ressenti le besoin d’écrire et j’ai failli tout arrêter.  Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas faire ça.

J’ai un lien personnel avec finir-riche, mais aussi avec tous les lecteurs qui prennent le temps de me lire, même s’ils ne laissent pas de commentaires.  J’aime mes lecteurs, j’aime mon blogue.  Je pense que je vais continuer encore longtemps :)

Mathieu: Tant mieux pour nous alors. Merci Val de ta disponibilité pour l’interview


Val: Ça m’a fait plaisir! :)

PS: voici le nouveau site de Val, traitant du crédit: question de crédit.  Allez y jeter un coup d’oeil.

Incoming search terms:

  • finir riche

6 commentaires à propos de “Un bon blog de finances made in Québec: finir-riche.net

  1. Ca fait plaisir à lire!
    Etre plus aisé financierement est à la portée de tous.
    Ca vaut quelques clics sur les pubs ;)

    • C’est effectivement à la portée de tous. Il s’agit simplement de connaître les concepts et surtout, de les appliquer. C’est ce que je veux faire ici, expliquer comment devenir maître de ses finances.

  2. Le conseiller financier qui est un panier percé. Il n’y a pas a dire, ce sont souvent les cordonniers les plus mals chaussés…

    • 100% d’accord avec toi. Je ne connais pas un autre métier où c’est si flagrant.

  3. Merci Mathieu (un peu beaucoup en retard), pour la publication de ton entrevue à mon sujet! En fait le timing était assez moche parce que j’étais en France quand tu l’as publié, je n’ai donc pas pu te relancer et surtout te remercier dans les temps, désolée!

    Mes vacances étaient franchement divines :) À part le fait que j’ai acheté un iPad à mon père, qui me demandait donc de l’aide de temps en temps, je me suis tenue bien loin de tout ce qui pouvait ressembler à un ordinateur. Résultat: Je me sens très bien, rafraîchie, rajeunie, en pleine forme quoi! :) Ça fait un de ces biens!

    Encore une fois donc, Merci. Je m’en vais de ce pas lire les articles que tu as publiés en mon absence. J’ai pu constater que tu n’avais pas chômé :) C’est bien, garde le rythme et l’inspiration, le reste viendra en temps et lieu. Au plaisir!

    • je fais mon possible pour publier du contenu régulièrement, et surtout, qui pourra aider les gens.