Investir dans le fonds de solidarité FTQ

Investir dans le Fonds de Solidarité FTQ est souvent une question qui revient souvent.  L’avantage de celui-ci, selon ses promoteurs, est surtout de nature fiscale.  Est-il bon d’investir dans le Fonds de Solidarité FTQ ?  C’est cette question que l’on doit se poser.

Le Fonds de Solidarité FTQ fût créé par Louis Laberge, au début des années 80, sous l’acceptation du ministre des Finances de l’époque, Jacques Parizeau.  L’idée derrière ce concept était de lever du capital pour sauver et / ou  maintenir au Québec des entreprises d’ici.  Louis Laberge a véritablement marqué le Québec par ses activités syndicales.  La création de ce fonds est sans doute un des éléments marquants de sa carrière comme syndicaliste.


 
Déception de ma part

Je vous parle de ce sujet aujourd’hui puisque la  fin de semaine dernière, j’ai participé a un congrès pour mon travail réunissant plusieurs collègues de la fonction publique.  Une conférence portant sur le Fonds de Solidarité FTQ y était présentée.


 
Un représentant du fonds est venu nous entretenir de ce fonds aux multiples avantages, selon lui.  Il a évidemment cité les avantages fiscaux de se procurer des actions de ce fonds.  Il est vrai qu’il existe un bon crédit d’impôt pour être actionnaire de ce type de fonds, mais est-ce réellement l’avantage dont nous avons besoin.


 
Durant une bonne partie de la présentation, l’orateur parlait des bénéfices louables du fonds de solidarité FTQ.  Sans compter l’économie des impôts, il prônait la sauvegarde d’emplois au Québec et la participation à la croissance des entreprises d’ici.


 
Ma déception fut sur le rendement.  Je connaissais la faiblesse du rendement de ce fonds et j’avais hâte qu’il traite de ce thème.  Le représentant n’a pas trop abordé cette question, sauf à la fin, en disant que le fonds a eu un très bon rendement depuis 20 ans, soit 3%/an. 
 
Évidemment, j’ai ri un peu dans ma barbe.  S’il considère que 3% est un bon rendement, cet homme n’est pas difficile. 


 
Par contre, ce qui a ajouté à ma déception est ses paroles qui ont suivi: “ Si vous voulez faire plus que 3%/an comme rendement, je connais seulement deux autres endroits, soit le Casino de Montréal et le Casino de Charlevoix”. 
 
Ouf, mais quelle démagogue.
 
Il est évident que cet homme ne connaît pas les marchés financiers.  Pourtant, il fait la promotion d’un produit… financier.


 
Doit-on investir dans le Fonds de Solidarité FTQ?

En fait, vous vous posez sans doute cette question.  J’aurai tendance à dire non, du moins comme investissement.  Comme rendement, le fonds est loin d’être intéressant.  Comme investisseur, on veut du rendement n’est-ce pas?  
 
D’autres outils existent pour atteindre ce but.  Cependant, il est vrai qu’un avantage fiscal existe pour un fonds comme celui de la FTQ.  À vous de trancher.


 
Le dilemme

Votre choix repose sur la volonté de payer moins d’impôt ou de faire plus d’argent? 
 
Personnellement, j’aime mieux produire du rendement et payer les impôts sur mes plus values.  En plus, mon impôt est moindre, puisque souvent il s’agit de gain en capital et de revenu de dividende.  Je pense que cela dépend aussi de vos convictions.  Il est vrai que le fonds a sauvé des emplois au Québec. 
 
Si vous avez l’âme d’un socialiste, ce fonds est pour vous.  Par contre, les capitalistes comme moi se retrouvent avec un produit qui ne fait pas grand-chose.  Chacun à sa vision de notre économie.


 
Avez-vous des actions du Fonds de Solidarité de la FTQ?

 

Croyez-vous en une économie de gauche ou de droite?

 

Le Fonds de Solidarité de la FTQ vous permettra de sauver de l’impôt c’est certain.  Par contre, quand vous investissez, quel doit être votre objectif: payer moins d’impôt ou maximiser votre actif?  Poser la question c’est d’y répondre.  Le choix fiscal devrait avoir lieu en deuxième selon moi.

 

Incoming search terms:

  • QUI DEVRAIT INVESTIR DS LES FONDS FTQ

17 Replies to “Investir dans le fonds de solidarité FTQ”

  1. Ce rendement n’est pas du tout intéressant. 3%/an est à peine plus que l’inflation.
    Capital régional et coopératif Desjardins offre un crédit d’impôt plus élevé (50%) et un meilleur rendement (environ 6% depuis 7 ans). Cependant, il n’est pas admissible aux régimes enregistrés.
    Je ne possède pas de ces actions présentement mais c’est un produit qui m’intéresse davantage.

    • Ton option est sans doute meilleur, mais je pense qu’il est plus difficile de se procurer le Capiatl régional. De mémoire, l’offre est plus faible.

  2. Voici encore un article qui donne l’heure juste. Ce représentant n’est en fait qu’un petit vendeur, je dirais même un mauvais vendeur car si on a un tant soit peu de jugeotte on voit bien que son argument sur les 3% de rendement n’a simplement pas de sens… C’est un peu se moquer de l’intelligence des gens, franchement.

    J’aime bien la façon dont tu présentes les faits, tu es parvenu à rester neutre ce qui n’est pas évident. C’est vrai, en fin de compte tout dépend vraiment de ce que tu veux faire, payer moins d’impôt ou faire plus d’argent… Enfin, j’essaye le plus possible de ne pas aborder les sujets qui touchent à la politique mais puisque tu en parles dans ton artcile… Pour ce qui est de l’impôt sur les gains en capitaux, que penses-tu des projets de Mme Marois sur le sujet?

    http://tvanouvelles.ca/lcn/economie/archives/2012/09/20120927-172431.html

    • Tu sais Val, dans une autre vie, j’en mangeais de la politique. Mon adolescence et ma période universitaire furentgrandement remplies à ce sujet. Je me suis impliqué dans l’association étudiante de ma faculté de médecine vétérinaire … j’ai même été représentant jeune de mon comté au sein du Bloc Québécois durant cette période. Je n’ai pas honte de parler de politique, mais je te dirais que présentement (depuis 5-6 ans), je suis un peu désabusé. J’ai plutôt décidé de m’occuper de moi. Au lieu de changer les autres, je souhaite ardemment améliorer mon sort. Ma vision des choses aussi a changé. J’étais plus vers la gauche avant, sans être évidemment socialiste, j’ai toujours cru à l’économie. Mais aujourd’hui, je suis nettement à droite sur l’échiquier politique et je crois justement que ce sont mes expériences passées qui donnent ce résultat. Il y a une chose qui n’a pas changé pour moi sur le thème politique: l’indépendance du Québec. Je suis encore ardemment indépendantiste. Par contre, à l’instar d’hier, je ne fais plus vraiment la promotion de cette option tous les jours comme avant. Je pouvais en parler des heures et tenter de convaincre tout le monde. Ouf, une chance que j’ai changé n’est-ce pas?

      Alors, après ce petit résumé de mes convictions politiques :-), voici mes commentaires pour Mme Marois. En passant, avec mon opinion sur la constitution de mon pays, j’ai tjr voté PQ dans les autres élections. C’est la première fois cette année que je vote pour un autre parti. Alors, évidemment, je n’approuve pas cette politique de Mme Marois pour plusieurs raisons, dont ses idées sur la fiscalité. Je crois que les riches en donnent assez. On paie des taxes sur notre salaire, sur les produits que l’on achète (TPS et TVQ), sur l’essence, sur les pneus, etc… Je considère que la colonne des revenus de l’État est très bien exploitée. Comme tu le sais, un budget est fait des revenus et des dépenses. J’aimerais que cette fois-ci, on s’attaque aux dépenses de l’État. Un exemple des plus frustrant selon moi est le gel des frais de scolarité… mais on conserve tout de même les prêts et bourses bonifiés. Ce genre de mesures populistes est dangereux selon moi et se faire élire sur de telles bases est loin de me plaire. Il faudra le courage un jour de diminuer nos dépenses publiques. Un grand ménage doit avoir lieu.

  3. Bon, voici donc encore un point sur lequel on se rejoint. À quand le grand ménage? Personnellement je suis venue ici de mon plein gré, et je suis heureuse de mon choix. Par contre je me vois aussi très bien repartir de mon plein gré, et cela à cause de la taxation sévère que l’on subit dans cette province. Je m’imagine des fois faire deux heures de route vers l’ouest, passer la frontière de l’Ontario et m’y installer.

    Hé oui, les immigrants c’est un peu ça aussi. Je n’ai aucun problème à participer à l’économie du pays que j’ai choisi mais je refuse d’être exploitée, je suis libre avant tout. C’est encore ce besoin d’indépendance qui me nourrit, moi aussi 🙂

    Et pour répondre à ta question, Oui, je suis contente que tu aies changé avec le temps. Je n’aurais sans doute pas aimé la personne que tu étais quand tu parlais Politique 🙂 Ça a dû te faire tout drôle de ne pas voter PQ cette année…

  4. Salut Mathieu et Val!

    Quelle discussion intéressante….politique et économie.

    Moi aussi Mathieu je mangeais de la politique et je militais pour l’indépendance…il y a quelques années. Le surplace du PQ et surtout la magouille institutionnalisée du PLQ m’ont décidé à prendre du recul face à la politique. Je ne suis plus les dossiers quotidiennement comme avant. Je demeure indépendantiste, mais je m’y investis moins émotionnellement. L’espoir déçu mine le moral…

    Je discute peu de politique sur mon blog, mais je me questionne intérieurement à savoir si mon intérêt pour les finances personnelles à changer ma vision des choses sur l’axe gauche-droite. Est-ce que l’on peut être riche et être de gauche par exemple?

    Il y a plusieurs préjugés voire même des propos caricaturaux lorsqu’il est question de définir la gauche et la droite. Chacun à son remède…la gauche considère que la richesse n’est pas suffisamment redistribuée, la droite pense qu’il faut créer de la richesse avant de la redistribuer.

    Personnellement, je pense que nous avons trop de richesse et que nous la gaspillons…consommation…mauvaise gestion, etc. Dans ce sens, une saine gestion publique peut nous être utile pour offrir de meilleurs services à la population. Une gestion efficace pour un pays équitable….

    Au plaisir!

    • en tout cas, on peut dire que la politique alimente les discussions… ou l’inverse: que les finances personnelles sont liés de près à la politique. Bref, je crois que l’on peut être riche et de gauche. Je pense que Mme Marois est dans ce créneau. Bien que je crois hors de tout doute qu’elle est plus à droite que son parti politique, je pense que l’on peut lui donner le fait qu’elle est assez à gauche.

      Mais en fait, je n’ai rien contre les gens de gauche. Simplement que moi, avec le temps, j’ai réalisé que je suis plus à droite sur les questions sociales. En un mot, je souhaite moins d’intervention de l’État dans nos vies.

      Pour la saine gestion publique dont tu parles, c’est ce que je souhaite comme citoyen. Par contre, les politiciens ont tendance à prôner le court terme et satisfaire les électeurs par des mesures très populistes.

  5. Entièrement d’accord Mathieu pour ce qui est d’être de droite. Je pense que comme société on est pas bien servi par un gouvernement de gauche. C’est bien beau financer toutes sortes de programmes mais quand je m’en sers pas, l’argent de mes impôts est juste lancés par les fenêtres. C’est comme ma banque de maladies à la job j’en prend le moins possibles, ça serait plus avantageux de me les faire payer.

    Aussi une suggestions, vu que les étudiants ont maintenant la gratuité scolaire et qu’il manifestaient avec des casseroles ont pourrait peut-être leur donné la gratuité alimentaire maintenant ? Moi ca me semble juste en tout cas.

  6. Personnellement je suis, avec mon employeur, avec les fonds FTQ. Pêut-être est-ce ma non expérience… mais j’ai une différente vision de la chose. Je fais à chaque paie un prélèvement automatique pour avoir le maximum annuel de 5000$. Sur ce prélèvement automatique je fais déduire les impôt tout de suite. À la fin de l’année donc, je n’ai pas de retour d’impôt vu que celui-ci a été échelonné sur chaque paie. Au bout du compte je me trouve à payer de ma poche seulement 50$ par paie pour un total de 1300$ annuellement. Si je met de côté que cet argent est un REER et que je le considère comme un simple investissement, c’est donc un rendement de 284% de mon investissement. Est-ce la bonne façon de voir le tout? J’aime bien le croire, l’argent que j’ai de disponible par la suite je l’investit ailleurs.

    • Salut Tommy,

      c’est effectivement une façon de voir les choses. De mon côté par exemple, je ne considère pas que tu fais 284% puisqu’il s’agir de crédits d’impôt et non de plus value.

      Dans le fonds, si tu aimes ce que ce fonds te procure c’est ok pour toi. C’est ça l’important… d’être à l’aise avec ce que l’on fait.

  7. Et pour la petite histoire, et pour répondre à Réjean Prévoyant (j’adore ce nom! :D) Oui, ça parait complètement paradoxal, en tout cas pour moi, mais on peut s’affirmer être de gauche et être très riche. Mme Marois par exemple, mais du côté Français nous avons le célèbre couple DSK et Anne Sinclair. Si DSK n’avait pas eu ses « petits » problèmes personnels il aurait certainement été élu Président de la République Française et aurait gagné face à Nicolas Sarkozy. Enfin, l’histoire n’en a pas voulu ainsi…

  8. Je ne connais pas grand chose dans l’investissement preuve je me suis faite avoir par ce petit vendeur!!!! 🙁 J’aime beaucoup cette article ça m’aide un peu! Au mois de juillet prochain j’en ménage dans mon nouveau Condo j’ai l’intention de raper les 8500$ que j’ai d’accumulé ……. J’aimerais avoir un petit conseil sur ce que je devrais faire ensuite ! je cotise 50$ par semaine merci de bien vouloir m’aider un peu !

    • Salut Philippe,
      content que l’article te plaise. Tu pourras sans doute trouver plein d’infos en naviguant sur le blog, puisque tous les thèmes des finances personnelles y sont traités. Pour le conseil, il est difficile de faire ce genre de truc puisque l’on rentre dans une relation de conseils financiers de personne à personne. Bien que j’ai eu la formation pour le faire, je ne possède pas les permis. Donc, impossible pour moi de faire ça, c’est illégal.

      Par contre, j’aimerais offrir une formation éventuellement sur les finances personnelles, alors si tu as des suggestions où des aspects que tu aimerais y voir, ne te gênes pas à me les mentionner.

      merci encore de ta lecture,
      bye

      Mathieu

    • Bonjour Mathieu
      Pourrais tu me rajouter sur Facebook si tu le possède évidement ( Philippe Douaire) on pourrais discuter davantage!!! Merci de ta générosité

  9. Il y a 2 an j’ai investi dans ce fond en ayant pas les connaissances que j’ai présentement avec toutes les lectures que j’ai fais sur la planification de retraite (J’approche la trentaine). La seule chose que j’espère depuis la comission Charbonneau c’est que le Fond sera gérer de façon plus éthique avec une meilleure performance pour les prochaines années. Ce fond a eu un rendement annualisé de 3.75% sur les 10 dernières années…

    J’y avais mis 5000$ en me faisant vendre le crédit d’impôt….bon ça m’a coûté 1750$ au bout de la ligne et j’ai réinvesti le retour d’impôt dans un autre REER, une chance. J’avais utilisé cette stratégie étant donnée mon manque de connassance. Petite erreur d’investissement en réalisant que l’argent était gelé avant que j’établisse ma stratégie plus long terme. Maintenant je regarde du côté des FNB.

    Félicitation pour ton blog, très instructif.

    • Allo,

      effectivement, les Fonds FTQ (et ceux de la CSN aussi), comportent de grosses lacunes selon moi. Bien qu’il existe un crédit d’impôt, qui va disparaître de toute façon dans 2 ans, la mission de ce fonds est particulière. Avant tout, il est là pour garder des emplois et sauver les entreprises. Le rendement n’est pas la priorité dans ce produit financier.

      Donc, si tu cherches l’économie d’impôt, ce produit peut-être bon pour ça. De mon côté, j’aime mieux aller chercher du rendement et payer mes impôts ensuite. En plus, comme tu le sais maintenant, ton placement est gelé jusqu’à ta retraite… ce qui est un peu chiant pour profiter de certaines baisses du marché.
      Finalement, comme tu le mentionnes, avec tout ce qui sort sur cette organisation, disons que je ne souhaite pas offrir mon argent à de tels gestionnaires.

      Pour les placements, amuses toi à regarder les articles sur les fonds communs, les FNB et le portefeuille du blog. Aussi, à partir de maintenant, je vais tenir un portefeuille de titre boursier pour vulgariser cette notion de placement que bien des lecteurs veulent connaître: comment choisir des actions en bourse

  10. Rétroliens : Régime de retraite individuel