Investir dans les fonds communs de placement

Investir dans les fonds communs de placement est pratiquement un incontournable pour l’investisseur. Ce type de véhicule financier comporte des avantages certains, mais aussi des inconvénients.  J’aimerais vous présenter aujourd’hui certains avantages et inconvénients qui sont pour moi importants à connaître avant d’investir dans les fonds communs de placement.

 

Dans un article précédent, je vous avais décrit la nature même des fonds communs de placement et comment bien comprendre ceux-ci.  Vous pouvez consulter cet article sur comprendre les fonds communs ici.  Dans cet article, je vous indiquais entre autres qu’il y avait des avantages et des inconvénients à investir dans les fonds communs.  Voici selon moi, les avantages indéniables de ces produits financiers :

  1. Diversification
  2. Gestion professionnelle
  3. Facilité d’exécution
  4. Choix immense
  5. Application automatique possible

 

Diversification, un des plus gros avantages à investir dans les fonds communs de placement

C’est évidemment la première chose à laquelle je pense quand on discute de fonds communs entre amis.  En achetant une part de fonds, on se retrouve immédiatement avec plusieurs titres en portefeuille.  Si un portefeuille sain doit comporter, disons 10-15 titres, il n’est pas nécessairement facile de respecter ce critère dans un portefeuille d’action pour le commun des mortels.
 
Effectivement, avoir un portefeuille de 10-15 titres équivaut sans doute à posséder un minimum de 50 000$ à 100 000$ en portefeuille, ce qui n’est pas donné à tout le monde.  Avec les fonds, un 1000$ investi arrive à la même diversification.

 

Attention par contre à la surdiversification.  Je parle de 10-15 titres, mais il est rare que des fonds communs se limitent à ce nombre.  Je dirais qu’au-delà de 25 titres dans le fonds, vous atteignez un niveau de surdiversification.  
 
Un exemple flagrant de surdiversification au Canada est les fonds qui achètent les 5 ou 6 grandes banques canadiennes au sein du même portefeuille.  Je vous assure que cet exemple est loin d’être rare. Au lieu de cela, pourquoi ne pas prendre une seule banque, mais la meilleure!!!

 

Gestion professionnelle

Un commentaire que j’entends souvent est que les gens veulent placer leur argent, mais ne savent pas comment faire et comment s’y prendre.  À part se prendre en main, lire sur le sujet et suivre quelques cours sur les placements, le recours à un professionnel demeure une excellente idée.
 
Les équipes de gestion au sein du fonds possèdent des ressources extraordinaires, comme des analystes, des contacts au sein de l’industrie, la possibilité de rencontres avec les dirigeants des compagnies, etc… Chose que les petits investisseurs que nous sommes ne peuvent pas espérer.

 

Attention par contre à la sélection de votre gestionnaire.  La grande majorité d’entre eux suivent le troupeau et s’imitent entre eux.  Environ 85% des gestionnaires ne réussissent pas à faire mieux que les indices boursiers.  Il y a évidemment des critères que l’on se doit de regarder lorsque l’on choisit un fonds. (Tiens, ça me donne une autre idée d’article ça)

 

En passant, ce n’est pas si difficile d’acquérir des connaissances en placement. Je l’ai fait et je suis loin d’être le plus intelligent de la terre.  Vous aussi, vous en êtes capable.

 

Facilité d’exécution

Aujourd’hui, avec internet et toutes les possibilités que ce médium apporte, il est plus facile de faire certaines choses qu’à une autre époque.  Le milieu de l’investissement n’y a pas échappé.   Acheter aujourd’hui des actions ou des parts de fonds communs est simple comme bonjour.  
 
Concernant les fonds communs, même sans internet, vous pouvez appeler votre conseiller en prenant votre téléphone et l’achat de vos parts de fonds se réalisera.  Rien de plus facile comme exécution.  Nous sommes loin des nombreux délais comme dans l’achat d’un actif immobilier ou d’une petite entreprise.

 

Choix immense

Il y a environ 1500 titres boursiers au Canada.  Par contre, il existe plus de 5000 fonds communs de placement au pays.  Vous imaginez la quantité de choix que l’on peut retrouver dans cette catégorie d’investissement.  Il va de soi que plusieurs fonds contiennent aussi des obligations, mais tout de même, le chiffre de 5000 démontre à quel point le choix est immense.

 

De plus, il est possible d’avoir des fonds par style de gestion (valeur ou croissance), par catégorie (actions, obligations, marché monétaire) et même par classe (dividende, grandes entreprises ou petites, marché émergeant et étranger, etc..).  Le choix est loin d’être restreint. C’est vraiment une grosse force qui nous pousse à investir dans les fonds communs de placement.

 

Application automatique possible

Une trame qui revient souvent en finance personnelle est la mise en place d’un système automatique. Personnellement, j’aborde dans ce sens.  Je crois que mettre nos finances sur le pilote automatique est la meilleure façon pour accéder à l’indépendance financière.

 

Dans le monde du placement, acheter des actions ou des fonds négociés en bourse (FNB) coûte quelque chose.  Cette commission est de l’ordre de 10$ à 30$ et même plus dans le cas de courtier de plein exercice.  Alors, imaginez les coûts si vous automatisez vos placements tous les mois.

 

Voilà une très bonne raison pour investir dans les fonds communs de placement.  Il permet d’automatiser nos investissements à faible coût.  Même que pour plusieurs fonds, l’achat de part est gratuit.  S’en priver serait une autre occasion manquée par l’investisseur.

 

Le présent article est déjà assez long.  Je vous donne rendez-vous vendredi pour vous citer les inconvénients que je trouve à investir dans les fonds communs de placement.  Parce que malheureusement, là où il y a un côté positif, il y a toujours un revers à cette médaille.

 

Voyez-vous d’autres avantages à investir dans les fonds communs?

 

Mettez-vous en place un mode autopilote pour vos investissements?

 

Les fonds communs de placement possèdent plusieurs avantages.  Cet outil offre à l’investisseur plusieurs possibilités qu’il doit saisir.  Il faut cependant bien les choisir, parce que comme dans toute chose, il y a des bons…. et des mauvais.

 

Incoming search terms:

  • investir dans un fond de commun de placement

7 Replies to “Investir dans les fonds communs de placement”

  1. Super intéressant je commence déjà à voir un peu plus clair là-dedans. Je me demandais, à quel genre de rendement est-ce qu’on peut s’attendre avec un fonds commun de placement? Un truc de 3-4% comme les banques promettent? Ou nettement mieux?

    • Premièrement, bienvenue Guillaume sur comprendrevosfinances.com. J’espère que tu suivras le blog et ne te gêne pas pour commenter les articles. C’est en commentant que le blog prendra de l’ampleur et le but est de créer une communauté où tous les lecteurs pourront s’aider et discuter pour mieux comprendre et ainsi, améliorer ses finances. Bon, passons au chose sérieuse. En fait, les rendements sont très variables. Tu peux avoir du 100% comme du -100%. Ça c’est ma réponse plate. Une réponse plus intelligente serait que cela dépend de la classe d’actif de ton fonds. Un fonds du marché monétaire fera, habituellement, moins bien qu’un fonds obligataire… qui lui fera moins bien qu’un fonds d’action. Tout dépend aussi du gestionnaire et de son équipe. C’est une bonne partie de la réponse. Sans entrer dans les détails, tu pourras espérer plus que 3-4% avec des fonds d’actions. Je présenterai un jour ma façon à moi pour sélectionner de bons fonds. En passant, tu dis que tes banques te promettent des rendements de 3-4%. Attention au mot promettre. Aucun conseiller, ni gestionnaire de portefeuille ne peut promettre de rendement. Personne n’a de boule de cristal et il est impossible d’assurer les investisseurs d’un certain rendement.

  2. Haha merci Mathieu! C’est un excellent blog, j’ai déjà tout lu jusqu’ici. J’apprends déjà pas mal de trucs!

    J’ai mal choisi mes mots avec  »promettre », je voulais plus dire quelque chose à quoi m’attendre. Je viens d’aller rencontrer une conseillère RBC, le mieux qu’ils avaient c’est un rendement d’environ 6-7% en moyenne à long terme. Mieux qu’un coup de pied dans le tibia, mais à moins que je n’aie 5-6 millions en banque, ça ne vaut pas la peine tant que ça. Je vais continuer à regarder (l’investissement en immobilier semble relativement à ma portée et semble plus rentable).

    Je serais très intéressé à savoir sur quels critères tu te bases pour choisir un bon fonds!

    • Resalut Guillaume,

      Si ça peux t’enligner, la bourse fait 10%/an sur du long terme. Le rendement se veut ainsi pcq la croissance des profits des entreprises est de l’ordre de 7% et les dividende de 3% (7 + 3 = 10%). Alors, il est fort possible d’arriver à ce rendement. Le problème souvent c’est que les gens ne le font pas. C’est le biais comportemental. Les gens achètent haut et vendent bas. Le scénario de ce genre c’est temps-ci c’est l’or. Les dernières années, l’or fût très populaire et les rendements excellents. Plus c’est populaire, plus les gens embarquent, payant donc le gros prix. Et là, un jour, ça va baisser et les gens vont vendre…. au bas du marché encore.

      Pour l’immobilier, c’est un bon placement selon moi. Je travaille en ce moment sur un projet d’entreprise avec un associé sur ce secteur. Mais encore là, comme les actions, il faut acheter à rabais et bien choisir ses immeubles. Et c’est un placement moins passif que la bourse, donc peut-être pas fait pour tout le monde.

      Pour les critères des fonds à choisir, c’est certain que je vais faire un article là-dessus un jour.

      J’espère que je t’aide un peu.

  3. Bonjour Mathieu,

    Pour donner suite à ton dernier commentaire, je serai personnellement bien intéressée à ce que tu partages avec nous tes avis sur les placements immobiliers 🙂 Ça, en plus de nous expliquer pourquoi tu penses que la maison dans laquelle on vit ne représente pas un bon actif, je pense que ce serait un sujet en or pour un article (ou peut-être une série?) 🙂

    Au plaisir de te lire de nouveau!

    • Salut Val,

      C’est certain que je vais faire un article là-dessus…. cette semaine alors 🙂
      Je sais que ça fait un peu polémique, mais je vous expliquerai à tous pourquoi je vois ça comme ça.

  4. Justement,, la polémique ça fait grandir! C’est aussi comme cela qu’on apprend. La vie serait sans grands attraits si tout le monde avait toujours la même opinion sur tout. Et puis, avoir un blog permet justement de s’exprimer, et de laisser la chance aux autres de le faire aussi! 🙂