Apprendre à investir en bourse avec le low-tech

Apprendre à investir en bourse dans le low-tech, est-ce approprié?  Je parle de low-tech en faisant référence à l’autre côté de la médaille, soit le high-tech.  

 

Dans ce billet, je vous ferai part d’une partie de ma vision de l’investissement long terme à la bourse.  Et évidemment, investir en bourse dans le low-tech est un de mes critères.

 

J’ai pensé écrire cet article à la suite de l’annonce en début de semaine nous disant qu’Apple commencera à verser un dividende et à racheter ses actions.  En tant que capitaliste, j’ai un profond regret de ne pas avoir acheté Apple il y a 3-4 ans.
Je me réveille la nuit avec des sueurs froides en criant NON!!! :-)  Le rendement du titre fut extraordinaire, soit de 82%/an (6x la mise!!!)  Voici le graphique de l’entreprise depuis ces trois dernières années:

tableau_cote

Blague à part, même si j’avais voulu acheter le titre, je ne l’ai jamais fait.  C’est sans doute une erreur de ma part.  Juste à voir la courbe du titre, nous sommes convaincus que le choix du titre était de mise.

 

Apprendre à investir en bourse dans le low-tech

Même si investir dans cette compagnie high-tech aurait « boosté » mon portefeuille, je vous explique pourquoi j’avais toujours de bonnes raisons de ne pas faire le saut et que je préfère investir dans le low-tech.

 

Je n’aime pas les entreprises tape-à-l’oeil, populaires et glamours.  Je préfère investir dans des compagnies faciles à comprendre, stables et faisant des profits intéressants et surtout, récurrents.  Un bon exemple de titre répondant à ce critère est selon moi Sherwin-Williams.

 
Cette entreprise distribue de la peinture.  Y a-t-il quelque chose de plus ennuyant que de la peinture? Pourtant, cette entreprise a offert à ses actionnaires un rendement de 14%/an au cours des 10 dernières années.

 

Aussi, j’aime investir dans des entreprises qui sont peu sujettes à de grands changements.  Vous aurez compris que la fibre optique, les logiciels et la biotechnologie ne figurent pas parmi mes critères.  Je dirais même que mes compétences dans ce domaine sont nulles.

 

C’est pourquoi je n’ai jamais investi dans Apple, j’ai de la difficulté à imaginer ce que sera la compagnie dans 10-15 ans.  Son secteur évolue trop vite pour ma petite cervelle.  Ces secteurs sont importants pour notre civilisation.

 
Sans Steve Jobs et Apple, les avancées technologiques seraient moindres aujourd’hui n’est-ce pas?

 

Par contre, étant un grand fan de Fanta et d’autres boissons gazeuses, des entreprises comme Coke me plaisent beaucoup.  De quoi aura l’air un coke dans 10 ans: brun, pétillant, calorique:-), et surtout délicieux!!!

 

Ma réflexion est la suivante: si l’entreprise a prospéré durant les 30 dernières années, la probabilité que l’avenir soit de bon augure est de notre côté.

 

Si l’entreprise est trop difficile à prévoir, je l’écarte de mes choix.  Pour moi, Apple représente tout un défi à analyser et à comprendre.  Par contre, je suis persuadé que McDonald’s vendra encore ces fameux burgers aux enfants (et aux parents) et que ce clown rouge et jaune sera encore populaire dans 10 ans.

 

Trois critères de Warren Buffett

Warren Buffett adore investir dans le low-tech.  Il a déjà énoncé trois critères traitant de cette philosophie d’investissement:

  • Évitez les sociétés issues de secteurs en évolution
Il faut acheter des entreprises dont le modèle et la croissance sont prévisibles.  Le high-tech est trop difficile à prévoir sur le long terme.  
  • Investissez dans des entreprises de la vieille économie
Warren Buffett adore les entreprises ennuyeuses et terre-à-terre.  Il a déjà dit:
 Étudiez les entreprises qui existent depuis un demi-siècle.  Cela vous aidera à savoir lesquelles seront toujours là dans 50 ans.

Il faut donc chercher l’absence de changement.

  • Souvenez-vous qu’il faut des dizaines de décennies pour qu’une entreprise devienne excellente.

Selon le célèbre investisseur, il faut écarter les entreprises qui risquent d’être ébranlées par un nouveau concurrent ou une nouvelle technologie.

 

En regardant ces 3 critères du plus grand investisseur de tous les temps, je comprends bien qu’Apple ne répond pas à ces critères.  C’est pour cette raison que mon portefeuille ne contient pas cette compagnie de Californie.

 

Êtes-vous de ceux qui possèdent du Apple en portefeuille?

 
Croyez-vous en ces 3 critères pour apprendre à investir en bourse dans le low-tech?

 

Il y a plusieurs façons d’investir en bourse.  Une façon que je préconise est l’investissement dans la valeur.  Souvenez-vous de la fable du lièvre et de la tortue: lentement, mais sûrement.  C’est ce que je prône avec une bonne partie de mes investissements boursiers.

6 commentaires à propos de “Apprendre à investir en bourse avec le low-tech

  1. Article très intéressant! Je crois par contre que c’est Forrest Gump qui avait raison, il aurait fallu investir dans Apple en 1994!

    Je crois qu’il faut revoir la définition de high-tech. Les ordinateurs personnels et les lecteurs de musique (ipods et autres) sont utilisés par la majorité de la population à tous les jours, que ce soit à la maison ou au bureau. Je ne connais pas d’étudiant universitaire sans laptop. Toutes les écoles, au primaire et au secondaire, ont des laboratoires d’informatique. Microsoft et Apple sont passés au travers de plusieurs décennies et dominent le marché comme jamais.

    Apple en particulier fait quelque chose de beaucoup plus intéressant que juste vendre des ordinateurs: ils en simplifient au maximum la facilité d’utilisation, ce qui, je crois, est leur plus grande force. Un enfant de 6 ans peut utiliser un iPod sans problèmes. Il ne faut pas oublier non plus que Warren Buffett n’a pas été élevé avec l’informatique, c’est normal qu’il ait beaucoup de difficulté à s’y retrouver.

    Il serait peut-être possible de disséquer le secteur technologique en petites parties plus faciles à analyser. Par exemple, je sais que les ordinateurs sont là pour rester et sont promis à un gros avenir. Ça vaudrait la peine de regarder si certaines compagnies X font des microprocesseurs, des touches de clavier ou d’autres parties essentielles. Même si le nouveau gadget d’Apple est un flop et fait trembler l’action, les gens vont quand même continuer à acheter des ordinateurs parce qu’ils sont devenus essentiels, donc les compagnies secondaires qui fabriquent les composantes ne devraient pas être touchées. C’est plate comme Sherwin Williams et c’est pas mal proche d’être low-tech hihi.

  2. Truc à part: ton commentaire sur le Fanta et le Coke m’ont fait réfléchir à quelque chose. Ce que je commence à connaître c’est la santé, et c’est 100% sûr que d’ici 20-30 ans les taux de diabète vont exploser partout dans le monde (en Asie ça va être un fléau inimaginable). Investir dans les compagnies qui fabriquent de l’insuline (ou un truc équivalent) serait sage. Ça vaudrait la peine d’explorer ça.

    En plus, en ce moment, un seul médicament est vraiment efficace sans avoir trop d’effets secondaires (la Metformine). C’est le médicament de base dans les protocoles de médication de presque tous les gens diagnostiqués avec un diabète de type 2. Si la compagnie qui la fabrique a encore le contrôle du brevet pour longtemps, elle est promise à un brillant avenir.

    • Salut Guillaume, content de te relire sur mon blog. Écoutes, tu apportes d’excellents commentaires qui méritent d’y penser. Il est certain que Apple a passé à travers des décennies (en fait 3 décennies). Par contre, ces périodes n’ont pas toujours été rose. Les années 90 ont été très difficiles pour la compagnie et les investisseurs ont perdu beaucoup. La compagnie était devenu une compagnie très ordinaire… au lieu d’extraordinaire. C’est ça que je veux dire par difficile à prévoir. Des années excellentes, des années ordinaires et des années médiocres. Difficile de dire quand ces années se produiront avec ce type de compagnie. Cela me fait penser au téléphone justement. Motorola dominait complètement le marché, mais ce fut le tour à Nokia par la suite de prendre les devants. Puis, au début 2000, vive le Blackberry et Research and Motion qui se fait détrôner par Apple depuis 2-3 ans. Tu vois, pour un investisseur, c’est un domaine difficile. Y a t-il en ce moment une compagnie qui va détrôner Apple d’ici 5 ans?.. peut-être, c’est toujours possible.

      Pour Warren Buffett, laisse moi te dire que cet individu est très brillant. C’est pas pcq il n’a pas connu les ordinateurs durant son adolescence qu’il n’y connaît rien. Justement, je crois que ces sa grande force d’être capable d’évaluer une entreprise et ses perspectives futurs. S’il est difficile pour lui d’évaluer Apple, imagine un nono comme moi!!! Un bel exemple à citer est Microsoft. Bill Gates et Buffett sont de grands amis (tous les deux sont amateurs de bridge). Pourtant Buffett n’a jamais investi dans cette compagnie, et pourtant, il avait la meilleure personne à ses côté pour lui expliquer la business. Je crois qu’il faut devenir un sage-homme comme Buffett lorsque l’on choisi ses titres boursiers. Il faut admettre qu’un secteur peut être difficile à comprendre et donc, éviter d’y investir même si on laisse de l’argent sur la table. Peut-être que pour toit c’est facile, mais pour moi.

      Ton idée d’investir dans le secteur de la santé est excellente. C’est évident que c’est un secteur ayant un bel avenir. Mais là encore, il faut respecter son cercle de compétences. Tu sembles connaître ce milieu, alors tu as sans doute des capacités à mieux comprendre ce type de compagnie et tu seras sans doute capable de trouver celles qui se démarquent. Par contre, c’est un secteur qui peut évoluer très vite, comme la téléphonie. Le héros d’aujourd’hui pourra être le zéro de demain. Étant vétérinaire de formation, je connais le secteur de la santé et la panoplie de pilules qui peut exister pour soigner telles ou telles maladies. Mais, il y a toujours un concurrent qui travaille sur la prochaine molécule qui supplantera l’autre. Aussi, ce genre de compagnie investi beaucoup de capital en recherche et développement … il en reste donc moins aux actionnaires. Mais, je partage ton avis. La santé est un domaine d’avenir et il le sera toujours. Je suis actionnaire de Becton Dickinson. Cette compagnie produit et distribue des fournitures médicales (gazes, seringues, cathéters, aiguilles, etc..) Tu vois, rien de sophistiqué et pas de grosse technologie. Que va t-on avoir besoin dans 10 ans pour administrer les médicaments aux malades: des cathéters, des aiguilles et des seringues. C’est le genre de compagnies que j’aime. Un bon secteur d’avenir (ici, la santé), mais dont l’activité de l’entreprise est facile à imaginer dans 5-10 ans.

      Bon, ça fait beaucoup (c’est le passionné qui parle), j’imagine que l’on pourra échanger à nouveau sur le blog ensemble

      Salut :-)

  3. Excellent commentaire sur Apple, je ne voyais pas les choses comme ça. Continue à écrire des grosses réponses comme ça héhé!

  4. Si on cherche la sécurité c’est sur que il faut investir dans la veille économie ! Mais si le but est de faire coup financier rien ne vaut le high tech car les croissances sont fortes, les chutes aussi : )

    • Salut Kevin,

      Je ne suis pas totalement en accord avec toi. Il y a des titres de la vieille économie qui sont mortels pour l’investisseur. Des titres comme Colabor (-40% cette année, distribution alimentaire) ou Yellow Média (-99% cette année, botin de téléphone) n’ont pas tellement enrichi leurs actionnaires. Bref, veille économie n’est pas automatiquement gain assuré. Même chose pour le high-tech, plusieurs sociétés ne sont pas intéressantes.

      Mon article sur la vieille économie est simplement pour vulgariser qu’il est plus simple pour le petit investisseur d’investir dans ce domaine que le high-tech. C’est une des première règle selon moi à la bourse: Comprendre ce que l’on fait. Ainsi, on élimine une grosse partie du risque. Quant à faire de gros coup, mon avis là-dessus est que c’est de la spéculation. J’aime mieux investir et avoir une grosse chance d’avoir un petit gain qu’une petite chance d’avoir un gros gain.
      De ton côté, comment tu vois l’investissement boursier?