Un livre sur McDonald’s

McDonald’s est sans conteste une des entreprises les plus connues du monde. Évidemment, comme toute entreprise qui commence, les débuts n’ont pas été nécessairement facile. Laissez-moi vous raconter un petit bout de son histoire.

 
 

La découverte du livre « Sous les arches de McDonald’s »

Le samedi 2 juin, j’ai amené ma fille à la bibliothèque pour choisir des nouveaux livres.  Bien que j’adore les livres pour enfants T’choupi, j’étais un peu lassé du livre T’choupi à la plage :-).
 
Après avoir choisi (malheureusement un autre Tchoupi), j’ai senti un appel dans la section affaires.  Ma bibliothèque est petite dans ma ville et son choix de livre sur les affaires est vraiment réduit.  Tout de même, je me dirige dans cette section puisqu’on ne sait jamais ce que l’on découvrira.
 
Je vois un livre aux couleurs de McDonald’s.  Pas besoin de vous dire que j’adore ce resto.   Alors je me dis : Un livre sur l’histoire de McDo, cool!!!   Je vais enfin connaître la recette du hamburger le plus vendu au monde.
 
Ce livre raconte l’aventure de ceux qui ont bâti une des multinationales les plus puissantes au monde.
 
Toute histoire a un commencement

En 1940, deux frères (les McDonald’s) ouvrent à San Bernadino un drive-in. Cet établissement donnera naissance à une nouvelle génération de restaurants : exposition de la cuisine, architecture surprenante du bâtiment, commande du menu de l’extérieur puisqu’il n’y a aucune table à l’intérieur, etc…
 
Le succès est instantané.  Les ventes se chiffrent à 200 000$.  Quant aux profits, ils sont de l’ordre de 50 000$. Incroyable, une véritable petite fortune. Aujourd’hui, la valeur de 50 000$ dans les années 1940 équivaut certainement à plus de 150 000$.  
 
Tout ça en vendant des hamburgers, des frites et des milkshakes… wow!!!  Il va de soi que ce minuscule drive-in catapulte les frères McDonald’s au rang de nouveaux riches de la Californie.
 
Ayant connu du succès dans les années 1940, les deux frères franchisent leurs systèmes au début des années 1950, mais sans véritable succès.  Il n’y a aucun contrôle et les franchisés font ce qu’ils veulent.
 
Monsieur McDonald’s arrive dans le décor.

Celui qui a bâti McDo comme on la connaît aujourd’hui, c’est Ray Kroc.  Durant un bon bout de sa vie, Ray Kroc fut un vendeur, même un excellent vendeur. Dans les années 1950, il commercialise surtout le Multi-Mixer à cinq batteurs, un instrument de cuisine servant à faire plusieurs laits frappés en même temps.  
 
La majorité de ces ventes se font auprès de restaurateurs et de tenanciers de kiosque d’alimentation et évidemment, ceux-ci en achètent seulement qu’un.
 
Par contre, un restaurant de Californie lui commande 10 Multi-Mixer à lui seul. Il se dirige donc vers ce commerce pour comprendre comment les frères McDonald’s arrivent à rentabiliser 10 Multi-Mixer.
 
Ce fut le coup de foudre.  Le restaurant ouvre à midi, mais il y a déjà une grosse file d’attente à 11h00. Vous imaginez, les gens attendent 1h pour se faire servir un hamburger à 0,15$, des frites à 0,12$ et un lait frappé pour 0,20$.
 
Le début de l’entreprise

C’est en 1954 que le franchisage chapeauté par Ray Kroc commence.  Les débuts ne sont pas faciles.  En 1955, Kroc fonde le McDonald’s System.  Le but est de fournir une standardisation des franchises. Beaucoup de chemin reste à faire.  Des chaînes comme PFK, Burger King, A&W et Dairy Queen sont déjà présentes sur le marché.  Certaines d’entres-elles comptent déjà davantage de succursales que McDonald’s.
 
En passant, une franchise McDonald’s à l’époque coûtait seulement 950$, tandis que des franchises concurrentes se vendent 2000$.  Le système de franchisage que Kroc instaure est unique.  Comme vous le voyez, non seulement le prix est plus faible, mais l’appui aux franchisés est des plus optimal.
 
Contrairement aux autres commerces de restauration minute, Kroc considère ses franchisés comme des partenaires.  Si la franchise ne fait pas d’argent, McDonald’s n’en fera pas non plus.
 
Même discours avec les fournisseurs.  Kroc ne se gêne pas à utiliser de petits fournisseurs qui monopoliseront leurs ressources pour McDo uniquement.  Ce qui est extraordinaire là-dedans, c’est que McDonald’s ne signe pas de contrat avec eux.  Seule la confiance règne.  
 
Cela portera fruit, puisque de nombreux fournisseurs ont fait fortune et on grandit au même rythme que McDonald’s.
 
Non seulement McDo a créé des millionnaires parmi les fournisseurs, mais aussi parmi les franchisés. Quand vous aviez la confiance de Kroc, celui-ci vous offrait d’autres franchises de votre région.  Ceci a permis à certain de posséder près de 40 restaurants, une véritable fortune.
 
Seulement un resto a fait faillite dans toute l’histoire de McDonald’s.  C’était fin des années 1950, à Dallas au Texas. Une histoire à oublier.
 
McDonald’s sans les frères McDonald’s

Souvent, il y a après quelque temps des chicanes entre les fondateurs d’une entreprise et leurs gestionnaires.  Kroc n’y échappe pas.  Celui-ci veut tellement uniformiser le système et contrôler tout, que des disputes régulières se produisent avec les frères McDonald’s.  
 
Les mots d’ordre de Kroc sont : Qualité, Service, Propreté.  Il vise l’uniformité absolue de son produit.  C’est la seule façon de croître rapidement.
 
Pour régler le tout, Kroc rachète les parts des 2 frères pour 2,5 millions de dollars en 1960.  Puis, en 1964, l’entreprise devient publique.  Kroc empoche immédiatement 3 millions et la valeur de ses actions restantes vaut 32 millions. Pas mal pour un gars qui, il y a 10 ans, n’était pas riche.

 

La force de McDonald’s est-elle vraiment dans la vente de hamburger

Je lis souvent et depuis environ deux ans, je m’intéresse à l’immobilier.  Il n’est pas rare de lire que McDonald’s œuvre dans l’immobilier.  Mais pourquoi? Ne vende-il pas des hamburgers?
 
En fait, au début, les revenus de McDo étaient seulement la vente de franchise (plus faible que les autres on s’en souvient) et un maigre 1,9% des revenus des franchisés.  Alors, avec la location des sites, les profits étaient très faibles. Ils ont développé par la suite une autre source de revenus : les revenus de location venant des franchisés.
 
Harry Sonneborn, le deuxième homme derrière McDo, a établi une stratégie immobilière infaillible pour l’entreprise.
 
Aujourd’hui, on peut bel et bien dire que cette entreprise est surtout une question d’immobilier puisqu’elle possède de nombreux sites commerciaux dans les meilleurs endroits des villes du monde.  Ceci vaut évidemment beaucoup de $$$$.
 
La stratégie mise au point par Sonneborn a été de passer des contrats avec des entrepreneurs en construction.   Ceux-ci achetaient le terrain et construisaient le restaurant.
 
Par la suite, McDonald’s louait le site aux entrepreneurs.   Quant aux franchisés, McDo recevait un revenu de location de leur part.   Les dirigeants de McDonald’s ont appliqué un principe bien propre à l’immobilier : acheter avec l’argent des autres.
 
De ce fait, la multinationale en devenir se construisait tranquillement un empire immobilier à faible coût.  Avec la maturité de l’entreprise, celle-ci a eu la possibilité d’acquérir plusieurs de ces sites avec le temps.

 

Passation des pouvoirs

Kroc avait environ 50 ans quand il a démarré l’entreprise.  Alors, 20 ans plus tard, il laisse tranquillement la place aux plus jeunes.  C’est Fred Turner qui prendra la relève.  C’est sous son règne que McDonald’s prendra de l’ampleur. Le Canada, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni,
 
Le commerçant de hamburger devient véritablement une multinationale avec ce gestionnaire.
 
Il est intéressant de savoir qu’à l’époque, près de 50% des hauts dirigeants de l’entreprise ne possèdent pas de diplôme universitaire.  Stupéfiant comme structure, non?

 

McDonalisation

Pour terminer, j’ai été surpris de lire que McDonald’s laissait beaucoup d’autonomie à ses franchisés. C’est curieux puisque Kroc ne démord pas à standardiser son entreprise et a uniformisé son produit.
 
Par contre, il laisse à ses franchisés le soin d’améliorer le chiffre d’affaires de leur restaurent si le produit ou l’idée plaisait évidemment à Kroc.  Ainsi, on voit apparaître au menu du poulet (McCroquette), du poisson (filet de poisson) ainsi qu’un clown!!!.
 
Mais, je dois donner une mention spéciale à Jim Delligatti, franchisé de la région de Pittsburgh.  Il veut réinventer le hamburger.  Alors, après quelques essais, il ajoute des boulettes et du pain au produit de départ et voilà : le Big Mac est né.  Merci Jim!!! 🙂
 
Même son de cloche du côté des fournisseurs.  Certains utilisent leur imagination et leur savoir-faire pour optimiser le rendement de McDonald’s. Pourquoi ne pas couper d’avance les frites et procéder à leur congélation pour faciliter le transport? ou Pourquoi ne pas utiliser de la viande surgelée pour la confection des hamburgers?
 
Ce sont toutes des innovations que les fournisseurs ont apportées à McDonald’s.  Comme quoi, franchisés et fournisseurs font équipe avec McDonald’s pour le meilleur de tous.
 
Malheureusement, le livre a été écrit en 1985.  Alors, tout ce qui se passe après ces années-là n’est pas décrit.
 
Tout de même, la lecture de ce livre fut réellement enrichissante pour moi.

 

PS: Pour ceux qui ce demandent quel livre ma fille a choisit, il s’agit de T’choupi fait un gâteau 🙂

 

Que pensez-vous de McDonald’s ?
 
Y a-t-il d’autres entreprises que vous trouvez extraordinaires ?
.
 
J’ai aimé ce livre parce que j’ai appris beaucoup de chose sur la création de cette entreprise et sur son fonctionnement.  Étant donné que McDonald’s est coté à la bourse, il est d’autant plus intéressant pour moi de bien comprendre celle-ci.  Cela devient plus facile pour évaluer l’entreprise et connaître ses forces… et ses faiblesses.

Incoming search terms:

  • lhistoire de ray kroc

4 Replies to “Un livre sur McDonald’s”

  1. Tu as lu  »Sous les arches de McDonald’s » c’est ça? Je pense qu’il est dans toutes les bibliothèques du Québec héhé.

    • Je ne connaissais pas ce livre moi. Est-ce que toi tu l’as lu?

  2. Hello !

    Je connaissais quelques passages de l’histoire que tu nous raconte.
    En fait, j’ai travaillé dans un MacDo et dans ce restaurant tu passais ta première journée à regarder des vidéos sur le MacDo.

    Je ne connaissais pas du tout le côté business de l’entreprise, même si je me doutais qu’une super stratégie était derrière.

    Je pense que je vais lire ce livre très bientôt. 🙂

    • Si le goût des affaires t’intéresse, c’est vraiment un livre qui te donne la piqûre -)