La planification fiscale; bonne idée

On veut toujours payer moins, et avoir plus, hein ?  Comme dans toute chose, si on désire quelque chose, il faut le planifier.  C’est pour ça que la planification fiscale existe.

 

Cette semaine, j’ai parlé des abris fiscaux facile à mettre en place.  C’est un des moyens à notre disposition pour augmenter notre patrimoine.  Mais aujourd’hui, je veux parler d’un sujet plus… profond. En fait, on peut maximiser notre patrimoine en pratiquant la planification fiscale.

 

Je pense que l’on peut s’étendre en long et en large sur le sujet.  Mais pour rester simple, on peut résumer le tout en 4 processus selon moi:

  1. les abris fiscaux;
  2. le report de l’impôt;
  3. l’étalement de revenu;
  4. le transfert de revenu.
 
Les abris fiscaux

Avec des abris fiscaux, l’objectif est de réduire ces impôts à payer grâce à des avantages divers.  Nous en avons déjà parlé ici.  Toutes stratégies permettant de réduire nos impôts sont un abri fiscal.  Je pense au gain en capital, aux dividendes vs intérêts, les fonds de travailleurs (jusqu’en 2015), certains crédits d’impôt, etc…


 
Le report de l’impôt

Comme son nom l’indique, on reporte l’impôt à plus tard.  Ici, la planification fiscale de ce genre de technique est de faire profiter des revenus durant plusieurs années sans payer d’impôts.  Imaginer l’effet de levier sur vos actifs en utilisant de tels régimes.

 
Des exemples pertinents pour nous, petits épargnants, sont évidemment les régimes enregistrés comme le REER et le REEE.  Aussi, le fameux CELI, qui nous permet de mettre 5500$/an de côté sans que le fisc ait son dû.
 
Évidemment, un jour, l’on devra payer l’impôt sur ces sommes accumulées (exception faite du CELI, où le report d’impôt est à vie).  Mais tout de même, mieux vaut reporter nos impôts dans le temps lorsque c’est possible.Effectivement, un dollar épargné aujourd’hui en vaudra 2$ dans 20 ans.


 
L’étalement de revenu comme planification fiscale

En fait, on tente de percevoir des revenus aujourd’hui pour payer l’impôt plus tard.  La stratégie ici repose sur le fait que notre taux d’imposition est plus élevé lors de notre vie active vs notre vie de retraité.  
 
Un exemple qui me vient rapidement à l’esprit est encore le REER.  Vous cotiser pendant que vous êtes imposé à 45%, mais vous allez retirer quand vous serez imposé à 35-40% par exemple.

 
Un autre exemple rapide est la balance de prix de vente lors de l’achat de bien immobilier.  Pour le vendeur, il est possible d’étaler son profit sur quelques années, permettant ainsi d’étaler son revenu et de payer moins d’impôts dans le temps.


 
Le transfert de revenu

Notre taux d’imposition est souvent différent de notre conjoint ou d’un membre de la famille.  Ainsi, il est possible de partager ses revenus et « donner » des revenus aux personnes gagnant moins, payant ainsi moins d’impôts au total.

 
Le partage des pensions de vieillesse est un bel exemple de stratégie. Des structures fiscales comme des fiducies peuvent aussi répondre à ces critères.


 
Et vous, comment faites-vous votre planification fiscale ?


 
Y a-t-il d’autres trucs que vous faites et dont je n’ai pas parlé ?

 
Je fais toujours une planification fiscale chaque année.  Je m’assure toujours d’utiliser au maximum les moyens légaux pour diminuer mes impôts.  C’est comme ça qu’on s’enrichit je crois.

2 Replies to “La planification fiscale; bonne idée”

  1. salut, c’est la première fois que j’entends parler de la planification fiscale, merci pour l’article.

    • pas de quoi, tant mieux si cela peut t’orienter pour maximiser ta valeur nette 🙂