La gestion de votre portefeuille de placement

La gestion de portefeuille est une des tâches à faire comme investisseur pour se construire une politique de placement, et surtout, de la respecter.  J’ai récemment lu un bel article sur le sujet et je vous dicte les grandes lignes de celui-ci.  Il s’agit d’un résumé du bulletin de la firme de courtage en ligne Disnat discutant de la gestion de votre portefeuille de placement.

 

Disnat est mon courtier à escompte.  Chaque mois, un bulletin nous est offert en même temps que la réception de notre relevé de placement.  Un article sur les politiques de placement et la gestion de portefeuille fut à l’honneur il y a quelque temps.  Je dois dire que son contenu m’a intéressé.

 

L’importance d’avoir sa propre politique de placement dans la gestion de son portefeuille

Tous les investisseurs gérant leurs épargnes se doivent d’avoir un genre de politique de placement.  Cela nous force à avoir un plan et à le suivre.  Cela nous pousse également à avoir une meilleure vision de ce que l’on souhaite atteindre avec nos placements et rendre nos décisions financières des plus optimales.

 

Diversification

C’est la première règle d’un plan de placement.  Il est bon pour le portefeuille que les titres ne soient pas tous dans le même secteur.  De plus, il faut avoir une quantité de titres raisonnables et ne pas trop concentrer nos investissements.
 
Je dois avouer que je concentre un peu mon portefeuille.  Premièrement, cela facilite mon suivi.  Suivre 10 titres est plus facile que 35 :-).  Par contre, contrairement à des investisseurs que je connais, il est rare que je consacre plus de 10-15% à un seul titre.  
 
Des amis à moi vont jusqu’à posséder près de 30-40% dans un seul titre. Cependant, quand vous avez raison, le rendement du portefeuille explose.  Je crois que posséder +/-15 titres est raisonnable.
 
Évidemment, cela va avec la somme totale du portefeuille.  Disons que pour un portefeuille de 100 000$, 15 titres sont suffisants selon moi.  Pour ceux ayant moins que cela, j’imagine que votre portefeuille est plutôt dans les fonds communs ou les fonds indiciels.  
 
Ainsi, un maximum de 5 fonds est amplement correct. Surtout que les fonds communs ont tendance à être surdiversifiés.  Il n’est pas rare d’avoir plus de 100 titres dans le fonds.  À ce niveau, acheter l’indice revient pratiquement au même… pourquoi engager un gestionnaire dans ce cas?

 

Répartition des actifs et gestion de votre portefeuille

Deuxième partie du plan, répartir ses actifs en fonction de ses objectifs et surtout de sa personnalité. Certains voudront risquer plus que d’autres.  Ainsi, la répartition entre l’encaisse, les obligations et les actions varieront entre les personnes.
 
De mon côté, je crois en avoir déjà parlé sur le blog, mon argent est investi à 100% dans les actions.  
Pourquoi acheter des obligations ou laisser mon argent en encaisse quand l’histoire a prouvé que la meilleure classe d’actif à posséder est les actions?
 
Certains utilisent leur âge comme point de repère.  J’aime cette façon pour ceux qui se questionnent sur comment doit être leur répartition.  Sans être parfait, cela aide à vous construire des balises.  Par exemple, moi j’ai 31 ans au moment d’écrire ses lignes.  Ainsi, en suivant cette règle, je devrais posséder +/-31% en obligations et 69% (100 – 31) en actions.

 

On rentre ou on sort ?

La troisième partie de la politique de placement est nos points d’entrée et de sortie.  Je suis parfaitement d’accord avec cela.  Que vous placiez votre argent fondamentalement ou techniquement, vous devez savoir quand acheter et quand vendre.  
 
Cela évitera d’être contrôlé par vos émotions.  Acheter quand le titre vous parait sous-évalué et vendre quand il est surévalué.  Cela semble simple, mais il existe des balises qui vont les indiqueront.  Vos chances de succès seront meilleures.

 

Les émotions dans la gestion de portefeuille

Le dernier point, nos émotions.  Des classiques du genre: ne tombez pas en amour avec vos titres ou n’attacher pas d’importance à ce que les autres disent est la pierre angulaire de l’investissement.  Selon moi, cela sera le point le plus difficile à maîtriser dans la gestion de votre portefeuille de placement: l’indépendance d’esprit.  
 
Il y a toujours quelqu’un qui réussit à nous influencer. Apprendre à contrôler ses émotions est une règle à suivre pour réussir dans ce monde en montagne russe.

 

Avez-vous mis en application une politique de placement dans la gestion de votre portefeuille?
 
Quelles en sont les composantes?

 

Pour réussir en affaire, les entrepreneurs consacrent du temps à leur plan d’affaires et à la planification de leurs stratégies.  Je pense qu’il faut faire de même à la bourse et dans nos investissements.  Après tout, investir est à la bourse, c’est investir dans des compagnies et être entrepreneur jusqu’à un certain point. 

3 commentaires à propos de “La gestion de votre portefeuille de placement

  1. Bonjour,

    Je m’appelle Sovanna Sek, auteur du blog financier GenY Finances et Ingénieur français dans le bâtiment. C’est la première fois que je vais commenter un de tes articles.

    Avoir une politique de placement nécessite une certaine discipline à toute épreuve.
    Enfin, je rappelle que la diversification est un bon moyen pour mutualiser les risques mais elle ne protège pas d’un krach boursier car les investisseurs vendront à tout prix pour conserver leurs bénéfices, que ce soit le secteur d’activité.

    Cordialement,

    Sovanna Sek de GenY Finances.

    • Salut Sovanna,
      merci de prendre le temps de venir commenter le blog, c’est vraiment sympa. À vrai dire, une politique de placement est justement pour éviter de faire n’importe quoi, n’importe quand. En se construisant une telle politique, nous établissons les balises de nos décisions de placement. Il est vrai que la diversification est importante, mais attention à la surdiversification.

      Quant au krach, cela est inévitable. Cela fait partie des règles du jeu de la bourse et de l’investissement en général. Par contre, être actionnaire des bonnes entreprises ou des bons fonds, n’entraîne pas automatiquement la vente de ceux-ci en cas de baisse importante.

  2. Pingback: Options Binaires : 5 raisons pour ne miser que sur des sites régulés AMF