Pourquoi payer plus d’impôt?

Pour maximiser nos actifs, réduire l’impôt à payer doit être une de nos priorités.  Minimiser l’impôt se résume souvent à utiliser au maximum ses crédits d’impôt ou à baisser son revenu par des cotisations REER par exemple.  Cependant, il existe d’autres moyens pour diminuer ses impôts, dont une méthode que tout le monde peut appliquer.  Après tout, pourquoi payer plus d’impôt.

 

Il existe une panoplie de méthode pour réduire sa facture fiscale. Pratiquement tout les domaines des finances personnelles en font mention. Que ce soit en assurance, en succession ou en planification de la retraite, divers moyens sont à notre porteé pour nous enrichir davantage.  Par contre, on parle moins souvent de la façon d’utiliser nos placements dans cette optique de baisse d’impôt à payer.

Ah, les taxes fiscales!!!

 

Les FNB plus avantageux que les fonds communs classiques

Le phénomène qui engendre un net avantage aux FNB (fonds négocié en bourse) c’est que les gestionnaires de portefeuille à la tête des fonds communs classiques ont souvent tendance à multiplier les transactions et de ce fait, à multiplier les gains en capital.  La conséquence est évidemment les impôts à payer sur ces gains.

 

Il semble qu’un gestionnaire type de fonds communs change au moins 80% de son portefeuille en une année.  En fin de compte, il conserve seulement un an an moyenne ses titres boursiers.  Pour vous donner un idée de grandeur, les indices sont en bas de 10% de rotation environ.  Toute une différence, qui se répercute sur votre rendement en fin de compte puisque plus vous transiger, plus vous risquez de réaliser du gain en capital, plus vous paierez de l’impôt.

 

Pire que ça, puisque les gains en capitaux sont redistribué une fois l’an, et certains paieront de l’impôt sans même avoir reçu de gains !!!

 

Évidemment, tout ce que je viens de dire est faux en ce qui concerne les placements dans vos régimes de retraite comme le REER, puisque ce type de compte est exonéré d’impôt. Raison de plus pour utiliser le REER dans votre stratégie fiscale de placement.

 

La force fiscale des FNB

Les gestionnaires d’un fonds indiciel ou d’un FNB se limitent à garder le portefeuille pratiquement identique aux titres composant l’indice.  Par conséquent, le taux de roulement est nettement plus faible, comme on l’a vu ci-haut.

 

De plus, en cas de panique, les investisseurs fidèles à leurs gestionnaires risquent d’être pénalisés.  Si des centaines voire des milliers de détenteurs de parts décident de vendre, le gestionnaire aura l’obligation de vendre de grosse portion du fonds pour rembourser ces gens-là, et tout ça, au pire moment qu’est une baisse boursière.

 

Dans ce cas, il y a aura peut-être des gains en capital non désiré de votre part qui seront de déclenchés. Alors vous, étant resté fidèle,  vous allez devoir payer des impôts en plus de voir la valeur de vos parts baisser.  Non mais, quelle injustice….

Avec les FNB, rien à craindre pour ça.  Puisque le rachat de part est impossible.  Celles-ci se vendent et s’achètent uniquement à la bourse.  Les ventes des autres partenaires du fonds n’auront aucune conséquence pour les autres investisseurs.

 

Pensez-vous à l’impôt quand vous regardez votre portefeuille ?

Quelles sont vos solutions pour ne pas enrichir le fisc?

 

Comme vous avez vu, avec les FNB, il est possible de mieux contrôler vos impôts et obligations fiscales face au fisc que ceux ayant choisi des fonds communs standard.  Il est déjà difficile de se contrôler nous même, penser avoir un contrôle sur les autres est de la rêverie.

Les commentaires sont désactivés.