Travailler comme intermittent

La bonne gestion de ses finances personnelles est un souhait pour tout le monde.  Avec un job stable, il est facile de faire sa planification financière puisque les payes sont régulières.  À l’inverse, quand nous sommes travailleurs intermittents, la saine gestion devient plus difficile.

 

Il existe de plus en plus de travailleurs intermittents.  Je pense entre autres aux nombreux techniciens et artistes de la scène qui, dans une seule année, peuvent avoir différents contrats avec différents employeurs. Dans de telles situations, il n’est pas rare de se demander comment seront mesurés Mes cachets et éviter les erreurs de calcul.

Il existe maintenant des sites web, dont les données demeurent confidentielles, qui permettent facilement de répondre à plusieurs questions que les intermittents du spectacle se posent:

  • Est-ce j’ai mes 507 heures?
  • Quels sont mes jours de franchise?
  • Quelle est ma date de fin de droit?
  • Ma future allocation journalière représentera combien?
  • etc…

Les outils à votre disposition pour y arriver
En fait, pour arriver à gérer sa situation financière, l’intermittent du spectacle n’aura qu’à prendre un peu de son temps et aller sur internet.  Effectivement, il existe un logiciel qui fait maintenant tout le travail pour nous.  Le logiciel en question se trouve sur mescachets.com.
 
La façon de remplir les données est assez simple.  Avec son contrat intermittent en main, l’intermittent du spectacle procédera à l’entrée des données nécessaires pour estimer la somme des prestations futures ou pour connaître sa date de fin de droit.
 
L’abonnement au site demeure très abordable puisqu’une somme de 36 euros par an est demandée.  Le maigre 3 euros par mois nécessaire est bien maigre face à la grande utilité et des pour profiter des avantages de ce logiciel.
 
Enfin, il sera plus facile pour les intermittents du spectacle de connaître leur cachet et ainsi, la gestion de leur budget et de leurs finances personnelles s’en portera beaucoup mieux.

 

Un commentaire à propos de “Travailler comme intermittent